Rififi au conseil municipal… au sein de la majorité !

Le conseil municipal a été témoin des échanges désagréables qui ont opposé le Maire et sa désormais ex-adjointe à la culture…. Visiblement, le torchon qui brûlait entre eux depuis quelque temps, a conduit le Maire à éjecter l’intéressée de la Municipalité, en faisant voter sa destitution par le Conseil Municipal et son éviction de la Présidence du Sel dans la foulée.
Le Maire n’a pas pris le risque d’un vote à bulletin secret pour tenir ses troupes à l’œil, mettant les pendules à l’heure avant le conseil municipal pour s’assurer du soutien des membres de la majorité.
Assisterait-on au début de la reprise en main de son équipe par le Maire après plusieurs mois durant lesquels les conseillers de la majorité ont fait preuve d’un certain absentéisme aux séances du Conseil Municipal ?


Il serait malheureux que le devenir des chantiers engagés par la municipalité pâtissent d’une équipe municipale divisée et par conséquent affaiblie. La ville se lance en effet dans des projets à très forts enjeux financiers : cession des parts de la SEMI (société gérant 500 logements sociaux sur Sèvres) à l’Immobilière 3F pour plus de 30 millions d’euros ; rénovation du Centre-ville dont le coût, encore non connu, est certainement élevé ; projet d’espace restauration au Sel ; réfection d’urgence de l’église Saint Romain qui se lézarde ; étude de la fusion des communes de Sèvres, Meudon, Chaville et Ville d’Avray…

 

Concernant la fusion des villes, une étude par un cabinet extérieur doit démarrer en octobre pour faire ressortir les avantages d’une telle opération. Si rassembler les ressources des quatre villes afin de dégager un futur commun mérite d’être étudié, l’analyse doit porter sur des éléments plus larges que la simple optimisation financière qui pourrait résulter d’une fusion : nouveaux équipements, politiques sportives et culturelles, cartes scolaires. La vision d’avenir qui peut se concevoir nécessitera d’être débattue avec tous les citoyens des villes concernées.

 

Actons la décision du Maire de dégager un budget pour des projets présentés par les citoyens. Cette initiative, qui figurait aussi dans le programme municipal socialiste, devrait favoriser la participation de tous à la vie de notre ville et relancera aussi l’intérêt pour les conseils de quartier, chargés de présélectionner les projets.

 

Les élus PS et EELV ont présenté un vœu adopté à la quasi-unanimité des membres du conseil pour demander au gouvernement de conserver le dispositif des emplois aidés.

 

Enfin, dernière information obtenue par les élus socialistes en Conseil, le centre aquatique, prévu par GPSO et le Département sur l’Île Monsieur, est acté ; d’un coût de 26 millions d’euros, il devrait être achevé en 2023. Le Maire s’est engagé à conserver la piscine de Sèvres après l’ouverture du centre.