Municipalité, un nouveau mode de fonctionnement

Depuis 2014, l’ambiance est nettement plus décontractée lors des conseils municipaux, la parole de l’opposition ne fait plus l’objet de railleries ; même si les désaccords continuent d’être formulés, certaines suggestions sont retenues. Lors des événements douloureux que nous avons connus, les représentants de tous les groupes ont été consultés et associés aux cérémonies et à la nouvelle  commission sur le lien social et  démocratique. L’opposition peut profiter du moment fort que représente la fête nationale pour s’exprimer devant les Sévriens et ainsi rappeler ses valeurs.

 

Sur la rénovation du Centre-Ville, le maire a lancé une démarche participative, nous assurant qu’aucun scénario n’était retenu à l’avance. Cette démarche a permis d’élargir la notion de Centre-Ville trop restreinte au départ. L’ouverture sur le monde de la culture est plus forte, on peut ainsi se féliciter que Sèvres participe à la Nuit Blanche. La fête de la Musique organisée avec la Sum a permis de découvrir de nouveaux univers musicaux.

Toutefois, si l’opposition approuve ce changement, elle ne demeure pas moins vigilante sur les actions menées et sait se faire le porte-parole des Sévriens sur de nombreux sujets, comme ceux liés aux affaires scolaires, aux hausses d’impôts…. Et nous regrettons qu’à l’heure où de plus en plus de sujets sont transférés au niveau de GPSO, le maire n’ait pas jugé nécessaire d’y réserver un siège à l’opposition, comme avait pu le faire son prédécesseur en son temps.

Un vent nouveau, certes, mais c’est sur les actes et les réalisations que le maire sera jugé, pas seulement sur son image.