Conseil municipal du 21 mai 2014, travaux de rénovation de la médiathèque

 mediatheque

  Lors de la commission, nous avons eu une présentation sur l’évolution des médiathèques dans le temps et l’espace.

 J’ai bien compris que des travaux réglementaires devaient être faits et que nous avions changé d’époque, de modèle de fonctionnement  et d’usage des médiathèques depuis sa création relativement récente. 

Vous nous présentez au Conseil municipal une délibération qui reprend le programme de réaménagement de la bibliothèque approuvé le 20 juin 2013 par la municipalité UMP de l’époque pour un cout global de 1 865 2187 euros, et en prend la suite avec la demande à l’Etat d’une seconde tranche de financement, ceci sans qu’aucune mise en cause du projet global ne soit évoquée. Le sujet intéresse de nombreux sévriens 21 % de la population de fréquentation.  C’est pourquoi, je vous suggère quelques-unes des questions qui auraient pu être posées.

 

- En termes d’accès pour le public, la question centrale des horaires d’ouverture figurait dans les propositions électorales du nouveau maire,  proposition 76. La bibliothèque municipale sera ouverte aux Sévriens, sur réservation, avec accès aux seuls postes informatiques, du mardi au vendredi jusqu’à 22h00 pendant la période scolaire. Les heures d’ouverture de la bibliothèque seront adaptées pour permettre ces nocturnes sans coût de personnel supplémentaire. Lors de la commission vous avez évoqué des nocturnes sur réservations pour permettre aux jeunes de travailler. Pourtant l’utilisation de la technologie RFID (système d’identification par haute fréquence) qui entre autres automatise le prêt, favorise l’autonomie de l’emprunteur  a comme avantage de dégager du temps de bibliothécaire pour proposer des horaires d’ouverture plus larges et un service personnalisé aux lecteurs.

 

En termes d’offre de ressources dématérialisées, les bibliothèques qui étudient ce type de projet envisagent le plus souvent de travailler en réseau de manière à proposer une offre plus large de documents numériques à leur public tout en maitrisant les couts pour la bibliothèque locale, un souci qui était au cœur de la campagne municipale. Le cadre intercommunal permettait ce travail en réseau en particulier avec la bibliothèque Landowski, il ne figure pas le projet proposé en juin 2013, cela n’a pas été évoqué non plus lors de la commission

 

En termes de prix : on voit dans les propositions de replis pendant la fermeture d’utilisation des médiathèques de GPSO que la plupart sont gratuites, qu’est il prévu lors de la réouverture ?

 

En termes d’offre :    dans votre programme  proposition 81. 10% des livres de la bibliothèque-médiathèque seront en langues étrangères,  vous avez rappelé  en commission que les langues étrangères devaient être  une marque de fabrique de la nouvelle médiathèque car il y aurait plus de 900 familles bilingues sur Sèvres. S’il s’agit des familles dont les enfants fréquentent les classes SSI, ils ont déjà accès à un CDI dédié, il faudrait alors  élargir à toutes les langues : portugais, espagnol, arabe, autres langues asiatiques, donc à quel horizon, quelle offre et sur quels critères allez vous mettre en place cette proposition et  enfin pour quel coût 

 

En termes d’identification : vous avez évoqué son futur nom : la bibliothèque avait un nom quand elle était rue des Binelles, elle semble l’avoir perdu en fusionnant avec la médiathèque. Pourquoi ne pas lui redonner son nom, Denis Diderot

 

 En termes de budget, le total des recettes prévues était de 1 347 978 euros dans le document diffusé le 20 juin 2013, dont 425 020 euros de la Région, 30 000 euros de la réserve parlementaire, 622 958 euros de la DRAC, 270 000 euros du Conseil général. A ce jour d’après la délibération qui nous est soumise, le volet travaux fait l’objet de cofinancements à hauteur de 600 410 euros, 585 410 si je refais le calcul,  pour des marchés de travaux de l’ordre de 1 175 395 euros. Quelle garantie avons-nous que le budget global soit bouclé avec les cofinancements prévus.

Enfin, pouvez-vous nous rappeler quel dispositif est prévu pour les écoles de Cotton qui voient l’utilisation de la salle polyvalente supprimée pour leurs activités.

En conclusion,  que la nouvelle équipe municipale ne revienne pas sur ce projet pour le redéfinir sur son devenir et sur les services que doit rendre la médiathèque sur le projet est regrettable.

 

Le Maire répond qu’il trouve normal que la bibliothèque soit payante, que cela n’est pas très cher.

Ndlr : les accès sont gratuits dans plusieurs médiathèques de villes avoisinantes.

 

 Pour lire le texte de la délibération, cliquez ici