Ramassage scolaire remis en place par la ville pour le quartier Danton Montespan vers le centre-ville

 DantonComme je l’ai fait remarquer lors de la commission famille préparatoire au Conseil municipal du 2 juillet 2014, il ne s’agit pas d’une création d’une nouvelle ligne, mais de la remise en place d’un service de ramassage scolaire qui existait jusqu’en 2003 pour les enfants du quartier Danton Montespan.

Sans vouloir refaire toute l’histoire depuis 2003, il faut rappeler qu’avec la majorité dont vous faisiez partie, M le Maire ainsi que 2 autres conseillers municipaux vous aviez alors voté la fin de ce ramassage scolaire.

 

Cette suppression avait fait réagir bon nombre de sévriens et une pétition avait été signée par plus de 500 personnes. Les parents d’élèves et les élus avaient entamé plusieurs démarches comme le faisait remarquer l’intervention du groupe PS et apparentés dans le Sévrien de septembre 2003.

Le Parisien du 4/7/2003 reprenait le mécontentement des parents. Ils avaient été fort nombreux à se déplacer au Conseil Municipal, tous n’avaient pas pu rentrer, j’en faisais alors partie comme parent d’élève. Les difficultés qu’ont rencontrées les parents au quotidien se sont depuis confirmées. L’opposition de l’époque (Verts, PS et apparentés) était la seule à relayer ces difficultés qui avait été abordées lors de plusieurs conseils d’école.

A la fin de la campagne de 2014 vous vous  êtes émus de ces difficultés. Cela ne faisait en effet pas partie au départ de vos 100 propositions semble-t-il

 Nous ne pouvons que nous féliciter de cette prise de conscience même tardive.   Cette convention a été votée par GPSO et notre groupe votera  aussi pour.

Si certains élus de l’opposition font remarquer le prix que cela représente pour la collectivité, je rappellerai que la solidarité a un prix et qu’il est du devoir de la collectivité d’engager des choix politiques en faveur de la solidarité avec les quartiers moins favorisés

 

Pour lire le texte de la délibération, cliquez ici

 

Pour lire l'intervention de Catherine Candelier, cliquez ici