A propos du British Council à Sèvres au Conseil municipal du 26 mai 2016

Je ne reviens pas sur le fait du Prince exprimé par ma collègue EELV. Personne ne niera l’utilité pour la vie professionnelle mais aussi pour l’enrichissement culturel et l’ouverture au monde de l’intérêt de connaitre l’anglais aujourd’hui.
Il  existe actuellement une offre pléthorique de structure de cours pour apprendre, approfondir son anglais, pour valider ses connaissances par des tests. Des villes certes plus grandes que Sèvres organisent des cours pour leurs concitoyens.


Dans votre campagne vous avez souhaité mettre l’accent sur les  langues.  On peut se féliciter de voir plus d’ouvrages en langues étrangères à la bibliothèque. Vous avez créé les stages de l’Escale qui avaient une autre approche et qui se rapprochaient davantage de stages combinant apprentissage et loisirs, ils ont un cout pour les parents mais ils pouvaient considérer cela comme une alternative à un camp de vacances et les chèques vacances pouvaient être utilisés.
Depuis vous avez favorisé l’installation de l’école Montessori à Sèvres en mettant en avant son bilinguisme mais comme nous l’avons fait remarquer qui peut se payer cet enseignement à l’année.


Si on regarde les tarifs, on peut noter une barrière à l’entrée : 1240 € (-15% pour les sévriens) les cours à l’année (30 *2  heures) pour les primaires pour donner une longueur d’avance aux enfants. Idem pour le secondaire. Attention, le British Council pratique les prix d’appel pour les voyages en mettant à partir de 1030 €. En effet, il est plus cher d’apprendre l’anglais à Sèvres et Paris qu’à Marseille et Lyon. C’est une pratique commerciale courante même pour les cours de langues dans le privé. 660 € pour préparer au bac.


On s’étonnera, comme nous sommes à côté d’un collège international, que l’offre pour faire progresser son anglais aux enfants en section bilingue ne soit pas présente contrairement aux autres sites parisiens. Le british council  n’aurait il pas fait son étude de marché jusqu’au bout, le site pas mis à jour ou cela sera-t-il fait en 2 temps.
Les chèques emploi services sont ils admis comme pour les cours style Acadomia ce qui permettrait à certains parents qui ont des titres CESU par leurs CE de les utiliser ? Je ne l’ai pas vu sur le site, nous ne sommes pas en effet dans des cours à domicile.
Bref des langues oui mais pour ceux qui peuvent financer les cours, les langues oui mais essentiellement l’anglais alors que de nombreuses autres langues étrangères sont pratiquées à Sèvres.

 

Certes vous mettez en avant la convention avec le collège et le lycée  pour aider les élèves en difficulté et les élèves méritants (2 par classe selon quel critère), cela va débattre dur au sein des conseils de classe pour choisir les élèves.
A côté de cela vous avez les associations qui avec des bénévoles vont aider les enfants à se remettre à niveau en anglais et non pas pour leur donner une longueur d’avance. Associations qui chaque année se demandent comment elles vont pouvoir fonctionner l’année suivante ou des associations comme à Boulogne qui donne des cours à des tarifs nettement moins élevé mais vos me direz ce n’est pas le British Council ou encore l’AVF qui permet d’avoir des séances de conversation.

Pour ces raisons le groupe socialiste émet un avis plus que défavorable.

Le maire nous a expliqué que c’était dans son programme, qu’il comprend notre frustration d’être dans l’opposition mais que le projet a été discuté en municipalité. Que c’était plus compliqué pour les autres langues, les centres Goethe et Cervantes sont en train de fermer plutôt que de se développer. Quand au gain pour la ville, il a fait une différence entre le cout pour le British Council qui serait de 78 K€ et leur manque à gagner qui serait de 180 K€ compte tenu de la valeur marchande moyenne. En effet, avec ce type de raisonnement plus le prix est élevé, plus le manque à gagner est important est importante et plus le « cadeau est conséquent »

 

Pour lire le texte de la délibération, cliquez ici