Budget supplémentaire 2014 au Conseil municipal du 7 octobre

 Nous n’avions pas approuvé pas la version initiale de budget, nous ne devions pas avoir de raison à priori d’approuver le budget supplémentaire. Notre jugement se trouve même renforcé par les orientations contenues dans cette version et qui ne vont pas dans le sens d’une bonne utilisation de l’argent public, comme par exemples :

 

- Les études pour la végétalisation du toit du gymnase des cents gardes : nous pensons que ce projet est farfelu, que, même s’il s’avérait techniquement possible serait très couteux et de toutes façons sans beaucoup d’intérêt pour les sévriens. Nous demandons, et ce bien qu’il figurait au programme municipal de la majorité qu’il soit purement et simplement abandonnée. Nous ne vous en tiendrions pas rigueur.

-  La réfection de la place du théâtre qui  à près d’un demi-million d’Euros, présente un coût global disproportionné par rapport à l’utilité marginale pour les sévriens, et que l’on peut résumer à la plantation de trois arbres et l’agrandissement d’un bac à sable. Nous demandons à nouveau que ce projet soit suspendu et ré-éxaminé pour être revu dans un cadre budgétaire plus restreint.

- La réfection de la place Jean Cailloneau qui, contrairement à ce qui a été affirmé en commission finances, n’a jamais été budgétée. Le budget de la rénovation de la médiathèque qui nous a été présenté en juin 2013 ne comprenait que des travaux intérieurs à la médiathèque, s’élevaient à 1,865MEur et un coût direct ville de 517KEur, et voilà qu’aujourd’hui on vient nous présenter des travaux supplémentaires qui vont faire monter le coût pour la ville de 50%.  Ici aussi nous demandons une suspension et une révision de ce projet afin de l’inscrire dans une enveloppe plus raisonnable. 

Nous pourrions multiplier ce type de remarques. L’argent public doit être dépensé avec discernement et non pas être gaspillé dans des opérations inutiles. Nous votons donc contre ce budget supplémentaire.

 

 Pour lire l'intervention de Catherine Candelier, cliquez ici

 

Pour lire le texte de la délibération, cliquez ici