Conseil Municipal du 30 juin, point N°3, rapport de gestion 2015

Monsieur Decoux merci pour cette brève synthèse de l’état financier de la ville pour 2015. Merci encore une fois à toutes celles et ceux qui ont préparé ce rapport d’analyse qui facilite la compréhension des comptes communaux.

Je voudrais commencer par rappeler les déclarations un peu tonitruantes que vous aviez faites il y a un peu plus d’un an indiquant que l’on allait réduire les dépenses réelles de fonctionnement qui seront en baisse de 3.8%... Vous aviez un peu atténué l’ambition en indiquant dans le Sévrien d’avril 2015 que les dépenses de fonctionnement baisseraient de 2% Elles augmentent de 80000 euros…. On voit aujourd’hui, que le résultat est donc très loin des annonces fracassantes faites il y a un peu plus d’un an.

 

Vous auriez pu vous contenter d’annoncer une stabilisation de la dépense, c’eût été une annonce honnête et réaliste, parce qu’en réalité, c’est ce que vous avez fait, et c’est déjà un résultat.

La structure de ce compte administratif est riche d’enseignements pour la suite. La question qui va arriver, c’est : quelles seront les possibilités d’action pour les années à venir, pour limiter les dépenses. Nous avons vu précédemment que votre équipe portait des projets d’investissements, et qui comme l’a rappelé Monsieur Decoux, se situent dans un contexte budgétaire contraint par les économies demandées par l’Etat.

 

Cette situation nous impose de veiller à notre niveau d’investissement et si le niveau d’autofinancement ne peut être supérieur à ce niveau, (je note que l’autofinancement dégagé est deux fois supérieur au budget initial malgré les promesses non tenues de réduction des dépenses) il faudra s’en contenter pour financer nos investissements, en se gardant de toute brutalité, en n’alourdissant pas la fiscalité et en ne supprimant pas des postes indispensables.

 

Pour lire le texte de la délibération, cliquez ici

 

A ce titre nous notons un niveau de postes non pourvus en forte augmentation sur 2015, nous souhaitons que plus de visibilité soit donnée sur ces évolutions à chaque conseil en présentant, dans les postes non pourvus, ceux résultant d’actions volontaire pour réduire les coûts, avec les mesures prises pour ne pas réduire le service aux usagers et assurer le niveau de qualité de vie au travail des agents, de ceux résultants de difficultés de remplacement. Et encore une fois, réduire les postes dans les écoles n’est pas une solution acceptable.

Nous notons aussi dans ce CA que la part de salaires versé aux agents titulaires est en forte diminution, à contrario de celle versée aux non titulaires, et nous voudrions nous assurer que l’on favorise la titularisation des agents. Notre vocation n’est pas de fabriquer de la précarité.

 

Nous regrettons également le manque d’investissement significatifs pour économiser de l’énergie, plus on tarde, moins on fait d’économies. Cette demande n’est pas une lubie, mais une nécessité, pour l’écologie d’une part, mais aussi pour des raisons stratégiques ; pour rester prospères les sociétés ne disposant pas de sources d’énergies propres devront ralentir leur consommation pour s’affranchir d’achats extérieurs, aux prix volatils et provenant de sources politiquement instables ou peu recommandables.

Pour toutes ces raisons nous n’approuverons pas ce rapport de gestion.

 

M. Decoux indique que les dépenses ont été plus fortes que prévu notamment avec plus d’investissements (mais il se trompe car cela n’impacte pas le fonctionnement). Il indique par ailleurs qu’il n’y aura pas de mouvement brutal de réduction des dépenses, ce qui sera contredit un peu plus tard par le Maire qui indique vouloir supprimer des postes d’ATSEM dans les écoles maternelles de la Ville.

 

Pour lire l'intervention de Catherine Candelier, cliquez ici

Pour lire le texte de la délibération, cliquez ici