Conseil général : gabegie financière devant la manufacture

pont de sevres

 

Le conseil Général présente un projet de modification de l’échangeur N118/RD7 au droit de la manufacture de Sèvres. L’aménagement consiste principalement à déplacer le giratoire entre le parking du tramway et le musée de la céramique vers l’autre côté du l’embranchement de la Nationale 118. Ce projet, s’il dégage quelques mètres d’espace devant la Manufacture, ne change pas de façon radicale l’espace à l’entrée de notre ville qui restera meurtri et défiguré par l’échangeur entre la Nationale 118 et la RD7.

 

La Perspective devant le musée de la Céramique ne sera pas dégagée, car elle restera encombrée par la RD7 à 4 voies et le parking du tramway.

Quelques progrès sont tout de même à noter, quelques dizaines de mètres de piste à vélo seront construites, le cheminement piéton entre la Grande Rue et la Gare du Tramway seront élargis, et un ascenseur installé entre le Pont et la Gare.
Le budget de cette opération s’élève à 40 millions d’Euros, somme exorbitante et disproportionnée en regard des avantages pour les usagers.
Certes l’échangeur actuel est une horreur d’urbanisme et une telle somme aurait été justifiée si un changement radical des lieux avait été proposé, comme un enfouissement de la RD7 et du parking du Tramway pour dégager complètement l’espace entre la Manufacture et la Seine… Mais on en est loin. 
Avant d'investir 40 millions d’Euros d’argent public, il faut bien évaluer l’utilité de la dépense pour les usagers. Une telle somme permettrait également :
- de diviser par deux la facture énergétique de 1600 foyers en effectuant la rénovation énergétique de logements en immeuble, ou,
- d’introduire 10 rames de tramway supplémentaires sur le T2 pour augmenter les fréquences en heure de pointe, ou,
- de construire 200 à 300 logements neufs
Ces 40 millions d’Euros représentent également 6 années au rythme actuel d’investissement de la ville de Sèvres.
Cette dépense pour déplacer un rond point est absurde. Il est bien nécessaire d’investir pour des projets d’avenir.  Mais, alors que les ménages Franciliens sont étouffés par le coût du logement et l’inflation des factures de l’énergie, l’urgence en Ile de France est dans la construction de logements,  la rénovation énergétique,  ou encore les transports publics.
Le projet est prévu à l’horizon 2018. D’ici là, nous proposons de limiter l’investissement du projet à 4 millions d’Euros en gardant les aménagements prévus pour faciliter l’accès de la gare aux piétons et aux personnes handicapées, et d’allouer le reste au logement, pour rénover ou construire.