Débat sur le Plan d'Action pour le Développement Durable

sevresIntervention de Frédéric Durdux au Conseil municipal du 9 avril 2015

Tout d’abord je déplore que nous ayons cette discussion ce soir. Je le déplore parce que ce type de débat devrait se faire à l’échelle d’un territoire plus vaste, et non aboutir à une petite politique sans grande vision sur une petite commune. Quand on fait partie d’une agglomération comme celle de Paris, avec une continuité urbaine qui englobe plusieurs millions d’habitants, on doit lui faire correspondre une continuité  territoriale pour organiser l’urbanisme et le PADD et le développement durable à grande échelle. On ne fait pas une agglomération cohérente, pleine d’avenir, on ne construit pas une politique globale de développement durable en gérant 126 petits PADD et 126 petits PLU. La pollution ne s’arrête pas au périphérique, les embouteillages non plus en encore moins les problèmes de logement. Je déplore que les instances nationales, gouvernement, parlement, sénat, de toutes tendances confondues, ne soient pas parvenus depuis de nombreuses années à contraindre les élus locaux à créer une vraie métropole pour Paris.

 

Ceci dit, puisque nous avons à discuter de cet ébauche de PADD, voici notre point de vue… Nous sommes très déçus du manque d’audace et de vision de ce projet..

Pour commencer, et pour illustrer le manque de cohérence entre les territoires, nous avons aujourd’hui, aux portes de Sèvres, un espace en pleine mutation qui s’appelle l’Ile Seguin. Cet espace va être relié à la limite de Sèvres par une passerelle… Il serait quand même nécessaire que le PADD reconnaisse cette situation, l’analyse, et en tire des conséquences pour l’aménagement de Sèvres entre Meudon et la Cristallerie… J’ai trouvé le PADD très muet sur ce sujet… Je trouve aussi le PADD très muet sur le devenir de l’Ile Monsieur, alors que l’on parle d’un aménagement départemental sur cet espace. Ce serait l’occasion de fixer un cadre…. De la même façon, ce qui se passe autour de la gare rive droite, à proximité immédiate de ville d’Avray, devrait faire l’objet d’une concertation avec Ville d’Avray.

Ensuite, la politique de densification de la ville me parait inadaptée, pour ne pas dire moyenâgeuse. Quand je dis moyenâgeuse, ce n'est pas au sens péjoratif, c’est au sens premier du terme. On veut aménager Sèvres comme on le faisait au Moyen âge, le long des routes. Et 800 ans plus tard, à Sèvres, on n’a pas changé de mode de pensée, on a oublié qu’entretemps on a inventé le chemin de fer, le train le métro… Au 21ème siècle, c’est autour des gares que l’on doit renforcer l’urbanisation !

Et quand on lit p17, préserver les quartiers de coteaux, on constate que l’on ne veut pas toucher les habitats bourgeois de la rive droite… Mais près des gares, s’il faut arbitrer entre petit habitat collectif et maison bourgeoise, nous affirmons qu’il faut choisir le petit collectif. La priorité c’est le logement, et le logement près des transports en commun. Etre capable d’offrir de bons logements, de qualité, c’est aussi un caractère remarquable.

Quand on écrit page 27 sur la préservation de l’environnement des gares ; le moins que l’on puisse dire ce n’est pas très clair. Je le répète là où il faut construire c’est près des gares, et non pas le long des voies autoroutières, comme vous préconisez de le faire, le long de la N118, là où c’est très pollué et très bruyant.

Sur le PADD on a tracé des cercles autour des gares et on a soigneusement évité d’y inscrire des zones d’urbanisation. A Sèvres, là où il faut en priorité urbaniser c’est près du centre et près de la gare Rive Gauche, continuer la tendance actuelle le long de la rue des Fontaines, en allant vers les Binelles.

Et sur le plateau des Bruyères, loin du centre et des gares, la densification a un sens si elle permet d’ancrer et de conforter les activités de commerce dont les habitants de ce quartier ont besoin.

Page 14 sur la maitrise de la consommation énergétique,  il y a une bonne intention, mais cela reste une intention, assez molle. Il faudrait fixer des objectifs forts et consistants.

De la même façon, le long de la N118, là où vous voulez faire habiter plus de gens, rien pour atténuer les nuisances sonores de la N118. Les protections actuelles sont pourtant très insuffisantes…

 

Il y a quelques points sur lesquels nous sommes toutefois en phase, comme la nécessité de restructurer ce que l’on appelle l’ilot central entre la Grande Rue et l' Avenue de l'Europe, oui il y a du travail à faire…. Et aussi sur ce que l’on peut faire pour requalifier les entrées de ville, on pourrait commencer rapidement et pour pas cher à enlever les grands totems départementaux, très disgracieux, affublés de pendules qui ne sont pas à l’heure et qui consomment de l’énergie. Ça ne sert à rien.

 

Au-delà du non sens manifeste d’établir un PADD pour la seule ville de Sèvres, je trouve que ce document contient de peu de bonnes pistes et beaucoup de fausses routes pour notre ville, et n’a pas été réalisé avec toute le sérieux nécessaire. Je vous invite donc à différer l’approbation de ce document, le remettre au travail. En tout état de cause nous n’approuverons pas ce projet ce soir.

 

Réponse du Maire et de ses adjoints :

Côté majorité on se contente surtout de répondre à Catherine Candelier qui avait démontré la piètre qualité technique du PADD. L’adjoint à l’urbanisme, indique que si l’on veut que les gens se rencontrent à Sèvres il faut des points de rencontre, et que le PADD est suffisamment clair pour donner les orientations d’urbanisme sur la Seine. Par ailleurs on préfère mettre les logements le long des routes et de la N118, c’est parait-il plus pratique.

 

 Pour lire l'intervention de Catherine Candelier

 

Pour lire le diagnostic environnemental

Pour lire le diagnostic socio-économique

Pour lire le diagnostic territorial