Réaménagement du centre-ville de Sèvres : une concertation pour débattre de ce qu’est une ville…

Le Maire a engagé une concertation publique sur le Centre-Ville avec des ateliers pilotés par des urbanistes. À Sèvres l’usage de la concertation est nouveau. Sur les dix dernières années pour tous les projets urbains (énumérés sur le site de la mairie depuis 2005: réhabilitation du marché, Parc Nautique, parvis du collège, etc.) le public fut informé mais ne contribua pas à définir au préalable les orientations du projet. Les communes voisines ne se font pas remarquer non plus par leur niveau de concertation et le passage en communauté d’agglomération n’a pas généré de dynamique d’échanges entre techniciens et populations concernées.

 

Pour le Centre-Ville, les urbanistes partent des éléments émanant du public, pour discerner leurs convergences et leurs attentes. Des schémas contrastés permettent d’être concret. Mais la difficulté réside dans le rôle de pionnier que joue cette concertation.

 

Face à « que peut-on faire au centre-ville ? » des questions qui n’ont jamais été réellement débattues émergent et brouillent le débat : Les sujets du stationnement et de l’automobile prennent une place considérable, consommant temps et énergie au détriment de la question initiale, celle de la forme urbaine et de la fonction d’un centre-ville. En fait le stationnement n’a pas fait l’objet de concertation avec le public, par exemple au moment des conventions établies avec Q Park. Quelle distance peut-on parcourir pour faire ses courses ? et quelles courses ? Tant que ce débat n’aura pas été clarifié autour des notions de fond (usage de l’espace urbain, place de la voiture, déplacements, livraisons, tarification, espace réellement disponible..), ces sujets occulteront le reste. 

 

Sur le plan financier, l’impact sur les impôts locaux et la  répartition des rôles entre opérateurs (public, privé, SEM) et collectivités locales devront être explicités. Ces sujets ont pourtant bien été abordés dans les années 80 quand cet étrange marché a été construit dans un blockhaus en béton face à une église classée. 

 

Pour débattre des fonctions urbaines, la concertation doit mobiliser citoyens de la ville, usagers (et non usagers) du marché, commerçants, actifs travaillant (ou habitant) dans les immeubles  du  centre administratif et le commissariat. Une concertation poussée permettra  de se projeter à l’horizon 2050 ; l’avis des jeunes sera précieux. Mais la capacité des habitants à imaginer l’avenir sera limitée tant qu’il ne sera pas répondu à leurs questions sur le présent.

 

Pour lire l'article intégral rédigé par Jean Pierre Schaeffer, cliquez ici

Retrouvez sur le site de la ville  : la vidéo de la réunion centre ville du 8 mars 2017