Le candidat dissident de la droite à Sèvres : contradictions et incohérences

 Il se définit comme le candidat de la droite et du centre; de la droite certes, mais plutôt tendance ultra- conservatrice. Très opposé au mariage pour tous, il n’a pas affirmé qu’il le célébrerait s’il était élu Maire.

Il annonce vouloir redresser notre ville, mais depuis 18 ans il a largement participé, au sein de la municipalité, au bilan de Sèvres qu’il juge mauvais. Il a voté tous les budgets de la ville alors qu’il dénonce aujourd’hui un manque de rigueur dans la gestion municipale.

 Il a coûté très cher à la ville : alors représentant de Sèvres en 2002 dans le groupement 3S pour l’équipe- ment en numérique de la ville, il n’a pas voulu demander au câblo-opérateur NTL le versement de 7,5 millions d’€ dû aux trois villes du syndicat 3S (Suresnes, Saint Cloud, Sèvres). Un grand manque à gagner pour Sèvres. (Information Denis Laroque jamais démentie par la majorité municipale.)

Sur le dernier mandat, il n’a pas démontré une grande activité : il est classé 17ème dans notre bilan de l’activité des conseillers municipaux en terme d’interventions, avec un niveau d’activité 8 fois plus faible que les premiers.