Pour que Sèvres redevienne une ville conviviale

Le parvis devant le collège s’appellera donc « Parvis Charles de Gaulle ». Face à ce choix, certes respectable, de la majorité municipale, de nombreux Sévriens avaient proposé le nom de l’une des nombreuses femmes qui ont illustré l’histoire de Sèvres. Retenir le nom de Mme Yvonne Hagnauer, fondatrice de la maison des enfants de Sèvres, résistante et pédagogue engagée, eut été rendre un hommage justifié à l’une d’elles.

Mais sur ce sujet, comme sur tant d’autres, l’avis des Sévriens n’a pas été sollicité. C’est dommage, car nombre d’entre eux s’impliquent dans la vie de notre commune et sont demandeurs en retour d’un peu de considération.

Car peut on parler de démocratie locale quand les choix structurant la vie des quartiers sont décidés sans même prendre l’avis des correspondants de quartiers ? C’est le cas aujourd’hui pour ce permis de construire accordé à la « Franco-suisse », un promoteur immobilier qui va construire un gros immeuble à l’entrée de la rue Brancas et le long de l’escalier Chaplet. La consultation des habitants du quartier aurait sans doute encouragé le maire à une négociation plus serrée avec le promoteur.

C’est bien que des logements soient construits ; c’est mieux quand ils respectent l’harmonie du site ; et c’est encore mieux si le taux SRU de logements sociaux est appliqué, ce qui n’est pas le cas dans cette opération immobilière.

Alors tous nos vœux pour que Sèvres redevienne en 2012 une ville ouverte aux initiatives de ses habitants, accueillante à ceux qui veulent participer activement à la vie locale, bref y vivre en citoyens responsables.