Michel Rocard à  Sèvres

Au moment ou Michel Rocard nous quitte, nous pouvons revoir l'analyse prémonitoire de la situation économique et sociale qu'il faisait au SEL en 2008.

 

Michel Rocard venu soutenir Jacques Blandin et la liste "Envie d'une ville" a été longuement applaudi par les 300 participants à  la réunion, subjugués par son discours. Développant une passionnante analyse de la crise financière (subprimes) et économique (récession et chômage) mondiale dont les effets les plus graves sont encore à  venir, Michel Rocard a insisté sur les enjeux nationaux de l'élection municipale. Il s'agit d'envoyer un signal clair à  la droite pour signifier qu'on ne peut plus laisser dériver le capitalisme, système le plus efficace pour produire des richesses, mais qui a besoin de règles. Michel Rocard a en particulier fustigé l'immoralité des dirigeants actuels des grandes entreprises qui n'obéissent plus qu'à  la pression des actionnaires, au détriment des salariés, ce qui à  terme conduira le système à  sa perte.

 

Michel Rocard s'est emporté contre les médias qui n'informent pas le public de ces dangers. Félicitant Jacques Blandin pour la qualité de son projet et de ses propositions pour Sèvres, il lui a rappelé la responsabilité des communes et des départements, en particulier de gauche, suite au désengagement de l'Etat : prendre en charge les personnes de plus en plus nombreuses rejetées dans le chômage et la pauvreté par un système sans pitié.