Quel avenir pour l'ancienne gare du Pont de Sèvres ?

Pour participer à la concertation sur l'avenir de la gare du Pont de Sèvres sur le site du PS, cliquez ici

Pour décharger le formulaire de concertation sur l'avenir de la gare du Pont de Sèvres et le renvoyer par la poste, cliquez ici

Convention avec la Maison de la Famille

Maison de la Famille

 

Nous intervenons au conseil municipal du 13 décembre à propos de la convention signée entre la ville et la Maison de la Famille. Le lien étroit établi dans l’article 3 sur les objectifs entre le rôle de la maison de la famille pour favoriser le maintien, la stabilité et la qualité au sein des familles d’une part et la prévention de la délinquance me semble un raccourci un peu spécieux.

 

 

La maison de la famille a bénéficié en 2012 d’une subvention de 180 000 euros de GPSO, ce montant est à partir de 2012 à la charge de la commune, ce qui majore d’autant l’allocation de compensation versée à la ville par la communauté d’agglomération et amène la ville à signer une convention d’objectifs avec la maison de la famille. Si les modalités financières de cette convention sont claires, la description des objectifs reste très générale :: promotion et enrichissement des liens familiaux, soutien et accompagnement à la parentalité, soutien et écoute de la personne, promotion du lien social, accès des enfants et des adolescents à la citoyenneté. Au titre des moyens, la convention stipule travailler avec du personnel qualifié, respecter les normes de sécurité, solliciter des subventions, …

Il nous semble y manquer un axe de travail très important celui d’une relation plus étroite entre la maison de la famille composée pour l’essentiel de salariés et de consultants, (le nombre de bénévoles restant relativement limité) avec le tissus associatif sévrien.  Si l’on regarde le tableau récapitulatif des activités en 2011, la maison des petits pas, dont l’activité et très antérieure à celle de la maison de la famille représente 42% du nombre de personnes touchées, les autres activités, très éclatées touchent à chaque fois peu de personnes, les entretiens psy ou la médiation familiale, par exemple étant forcément limitées par le potentiel de professionnels disponibles par rapport à la demande. Il ne s’agit pas d’augmenter le nombre d’heures de ces professionnels ce qui induirait des contraintes budgétaires fortes mais de réorienter leur activité vers la formation ou l’appui aux associations composées, elles pour l’essentiel de bénévoles qui travaillent dans des domaines connexes.

D’autre part, la convention fait état d’une évaluation annuel reprise au renouvellement de la convention tous les 3 ans. Il nous semble qu’au moins tous les 3 ans, cette évaluation pourrait être menée par un évaluateur externe ; le bilan fait par les personnels de la Maison de la famille ne pouvait remplacer un regard plus distancié d’évaluateurs externes.

 

Pour lire le texte de la délibération

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to LinkedIn