Rapport annuel de la commission communale pour l'accessibilité et l'accompagnement des personnes handicapées

handivalidAu conseil municipal du 24 mars 2011, les élus socialistes réagissent au rapport annuel de la commission communale pour l'accessibilité et l'accompagnement des personnes handicapées, auquel ils participent assidument.

Des efforts importants ont été faits par la ville pour les personnes handicapées ou à mobilité réduite (on compte de 800 à 1000 le nombre d’habitants de Sèvres pouvant connaître des difficultés liées à un handicap). Ces efforts sont coordonnés par le CCAS ou une référente handicap mène une activité transversale pour coordonner le parcours de la personne handicapée. La commission communale qui regroupe élus et bénévoles d’associations liées au handicap suit ces actions menées dans le cadre de la chartre « ville-handicap » signée par la ville en 2001. Depuis 2010, une commission intercommunale est compétente pour les questions qui relèvent des bâtiments communaux, de la voirie ou des transports.

Les actions menées jusqu’ici concernent particulièrement

- la voirie avec une mise en conformité des axes principaux et des aménagements de traversées piétonnes des carrefours équipés de feux pour les non-voyants et un nombre significatif (1 place pour 50) de stationnements réservés aux handicapés. Un plan de cheminement qui relie les pôles d’attractivité , les zones économiques et les établissements publics est à l’étude par GPSO pour décembre 2011

- au niveau des transports collectifs, deux dispositifs coexistent qui sont à notre avis complémentaires et non concurrents, le petit bus qui dessert à la demande de Sévriens ayant des difficultés à se déplacer Sèvres et les communes limitrophes, il concerne 236 Sévriens ; et le PAM 92 financé en partenariat avec le STIF et géré par le Conseil général, il assure pour les personnes dont le taux d’handicap est de 80% l’ensemble de l’Ile de France. Mais le maire ne perd pas une occasion de critiquer parfois violemment ce dispositif, est ce parce qu’il est géré par la Région ?

- enfin la ville à partir d’un diagnostic d’accessibilité des bâtiments ou salles municipales a engagé un plan pluriannuel d’accessibilité. Cela concerne l’hôtel de Ville, mais aussi les écoles (Brimborion et les Bruyères par exemple. Brimborion,

Il nous semble que, maintenant que ces travaux sont bien engagés que les efforts devraient se concentrer sur

- L’insertion professionnelle et l’emploi, le taux de représentation des personnes en situation de handicap fixé par la loi à 6% est loin d’être atteint (9 personnes à l’hôtel de ville, soit 1,56% de l’effectif total. A travers le travail des associations centrées sur le retour à l’emploi, on perçoit bien combien ce problème est central pour la réinsertion notamment des personnes handicapées

- On pourrait relancer des actions de sensibilisation autour du handicap, comme cela a déjà été fait à partir de jeux de rôle qui mettent en situation de personnes valides pour leur faire percevoir concrètement les situations de handicap et aider à changer leur comportement. C’est bien aussi une évolution culturelle qu’il s’agit de provoquer et mas seulement la réponse à des questions d’ordre matériel.

-Enfin on peut oser espérer que l’implication de l’intercommunalité permettra d’amplifier une politique dans laquelle Sèvres a été jusque là moteur en travaillant de manière souple au plus prêt du terrain, sans lui imposer des modes de fonctionnement bureaucratique qui iraient à l’encontre de l’objectif voulu pour une meilleure d’insertion des personnes en situation de handicap dans la société civile.

Pour lire le rapport, cliquez ici