Quel avenir pour l'ancienne gare du Pont de Sèvres ?

Pour participer à la concertation sur l'avenir de la gare du Pont de Sèvres sur le site du PS, cliquez ici

Pour décharger le formulaire de concertation sur l'avenir de la gare du Pont de Sèvres et le renvoyer par la poste, cliquez ici

Grand Paris et Arc Express : deux projets concurrents appelés à être coordonnés

Après une longue guerre de tranchées ces derniers mois entre le projet du Grand Paris voulu par N. Sarkozy et le projet Arc Express présenté par la Région Île-de-France, une nouvelle étape s’ouvre. La situation a évolué grâce à la large victoire de Jean-Paul Huchon aux élections régionales de mars 2010, mais aussi à la rébellion de quelques élus de droite franciliens, qui ont changé le rapport de force.

Les deux projets vont faire l’objet de deux débats publics qui se dérouleront simultanément du 30 septembre 2010 à fin janvier 2011. Le public pourra ainsi comparer les tracés des deux projets et donner son avis sur leur pertinence.
Grand Paris : ce projet s'appuie sur la création d'un réseau de transports publics de voyageurs dont le financement des infrastructures est assuré par l'État.  Il s’agit d’un projet de métro automatique de 130 kilomètres qui intègre la ligne 14 du métro de Paris et la prolonge au nord vers Roissy et au sud vers Orly. Cet axe serait complété par deux lignes formant un « grand huit » en boucle autour de Paris, desservant des grands pôles économiques : La Défense et le plateau de Saclay ainsi que les aéroports d’Orly et de Roissy.
Arc Express est un projet de rocade de 60 kilomètres par métro automatique, localisé principalement en petite couronne et destiné à favoriser les liaisons entre banlieues denses grâce à des interconnexions avec les lignes de transport en commun existantes ou en projet.

LES SUJETS EN DISCUSSION
Les hypothèses de croissance. Le projet du Grand Paris est fondé sur des hypothèses de croissance démographiques et surtout économiques (+ 1 million d’emplois d’ici 2030) peu réalistes, bien supérieures à celles de  l’INSEE.
Le projet du Grand Paris accentue encore le déséquilibre entre l’Ouest et l’Est de l’Île-de France. Aucune ligne n’est prévue à l’Est pour desservir la proche banlieue, en particulier au cœur de la Seine Saint-Denis. A l’Est de Paris, les deux projets sont nettement divergents, Arc Express ayant pour priorité d’améliorer les liaisons en proche banlieue.
Un maillage inégal. La distance prévue entre les gares est de 1 à 1,5 kilomètre pour le projet Arc Express, interconnecté avec le réseau existant afin de desservir un maximum d’habitants et d’emplois. Les gares de la double boucle du Grand Paris sont éloignées de 4 à 5 kilomètres. Cela fait toute la différence pour les Franciliens qui les emprunteront au quotidien.
Un financement encore à trouver. Le projet du Grand Paris, estimé entre 21,4 et 23,5 milliards d’euros, n’a pas encore trouvé ses ressources. Il parie sur les recettes fiscales générées par les opérations immobilières dans un périmètre de 400 mètres autour des gares du futur métro. Dans un contexte de crise, ces recettes risquent d’être fort limitées. Le projet Arc Express, dont le financement est prévu dans le cadre du plan de mobilisation régional pour les transports, coûte 4 fois moins cher.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to LinkedIn