Grand Paris Seine Ouest adopte son agenda 21

Déclinaisons concrètes de l’Agenda 21 issu de la conférence de Rio de 1992, les agenda 21 locaux offrent un cadre de travail aux collectivités locales et à leurs habitants pour mettre en œuvre les différents aspects du développement durable : économiques, sociaux et culturels, environnementaux. GPSO a adopté à l’unanimité son Agenda 21 le 31 mars dernier, chacune des villes formant la communauté d’agglomération, dont Sèvres, le déclinant ensuite à son niveau.

L’Agenda 21 de GPSO est critiquable à plusieurs titres. Son projet d’une mobilité urbaine alternative  est-il cohérent avec le projet de la RD7 à quatre voies en bord de Seine ? De même, renforcer l’offre de formation musicale par un réseau inter-conservatoires sans faciliter l’accès de la population à la pratique musicale a-t-il du sens ? D’une manière générale, l’Agenda 21 est très pauvre sur l’accès à la culture alors que GPSO est riche en sites et établissements culturels. Même  décalage entre offre abondante d’équipements et accès effectif à la pratique en ce qui concerne le sport.
Autre reproche : constitué de 40 fiches, l’Agenda 21 de GPSO a été élaboré par des experts et selon une méthode peu participative et sans véritable concertation avec les associations.  Espaces, association très présente dans la communauté d’agglomération, n’est ainsi pas du tout citée. En outre, l’enquête publique réalisée auprès des habitants en décembre 2010 et janvier 2011 est passée inaperçue. Enfin, les indicateurs de réalisation présentés dans le document confondent outil de mesure et résultats obtenus. Pour ne pas rester qu’un ensemble de mesures techniques, l’Agenda 21 de GPSO devrait davantage impliquer chaque citoyen dans la réponse à apporter aux défis de l’avenir en matière économique, sociale et environnementale.
A Sèvres, le comité sévrien du développement durable (CSDD) a certes permis une participation citoyenne aux réflexions sur le développement durable, mais a été mis en sommeil pendant plusieurs mois. L’atelier « gestion de  l’eau » du CSDD a bien travaillé sur la question de l’exploitation de la source Saint-Germain retenue dans l’Agenda 21 de GPSO. En revanche le groupe de travail « santé / accès aux soins » n’a jamais véritablement fonctionné.
La déclinaison sévrienne de l’Agenda 21 de GPSO met en avant des travaux achevés comme la modernisation de la piscine ou en cours comme la rénovation de l’éclairage public dont il n’est pas certain par ailleurs qu’elle aboutisse à de réelles économies d’énergie, ou encore un projet financé par le conseil général des Hauts-de-Seine : le nouveau rond-point en face du collège.