Face au terrorisme, la France debout et mobilisée

Contre la barbarie du terrorisme djihadiste, le Président de la République a d’abord répondu par des actes. En manifestant son soutien aux familles si cruellement endeuillées. En ordonnant de frapper durement Daech et de poursuivre les terroristes partout où ils se trouvent. En rétablissant les contrôles aux frontières. En proclamant l’état d’urgence  qui  permet  l’assignation  à résidence et les perquisitions administratives.

 

Au-delà de cette riposte immédiate, la question qui se pose est : comment assurer la sécurité de nos concitoyens face à la menace terroriste sans porter atteinte aux libertés publiques et individuelles, et plus largement aux principes démocratiques ? A cette question, le Président de la République a répondu en prononçant devant les élus de la Nation réunis en congrès à Versailles un discours d’une portée considérable, qui marque un tournant dans la guerre que livre notre pays au  terrorisme.

 

Tournant tout d’abord par la mobilisation internationale sans précédent pour notre pays à laquelle François Hollande a appelé pour combattre le djihadisme. Tournant ensuite par la révision constitutionnelle que le Président de la Ré- publique soumettra très prochainement au vote des parlementaires pour permettre à notre pays de se défendre sans remettre en cause les fondements de notre pacte républicain. Tournant enfin par les moyens supplémentaires exceptionnels, de police, de justice et de contrôle aux frontières, que le Président entend engager, quitte à renoncer temporairement au pacte européen de stabilité budgétaire.