Harlem Désir et Pervenche Berès au SEL

Europe au SELAccueil enthousiaste  au SEL pour Harlem Désir et Pervenche Berès, têtes de liste PS en Ile-de-France aux élections européennes.
Ce sont près de 250 personnes, en majorité de Sèvres, Chaville et Ville d'Avray, qui sont venues écouter nos candidats socialistes détailler la politique de sortie de crise qui sera mise en oeuvre par le Parti Socialiste Européen (PSE) s'il obtient la majorité au Parlement européen.

Voir la vidéo du discours d'Harlem Désir au SEL
Voir les conclusions du meeting tenu au SEL

Pervenche Berès, conseillère municipale de Sèvres jusqu'en mars 2008 et présidente de la commission des affaires économiques au Parlement européen, a exposé les trois axes du plan de 100 milliards d'euros qu'elle propose : le soutien de l'activité par des aides à  la consommation, la relance de l'activité et de l'emploi par un grand plan d'investissement européen financé par emprunt, pour les transports notamment, et la réforme structurelle des institutions financières pour mettre un terme aux dégà¢ts causés par le capitalisme financier à  l'économie communautaire.
Ces propositions ont été relayées par Jean Paul Huchon, Président de la Région àŽle-de-France et président du Comité de soutien de la liste PS, qui a insisté sur l'importance des fonds structurels européens dans la politique régionale des transports et du logement qu'il conduit en àŽle-de-France.
Harlem Désir, tête de liste socialiste, a souligné l'avancée politique importante que représente l'élaboration du « Manifesto », plate forme commune des 27 partis sociaux-démocrates d'Europe qui forment le PSE.  Ce programme commun des gauches européennes relève les défis de la mondialisation, du développement durable et du progrès social en Europe. Condamnant la dérégulation libérale, Harlem Désir a insisté notamment sur la défense des services publics, l'harmonisation des législations sociales et fiscales que propose le Manifesto.
Il a conclu son intervention par un appel solennel à  voter le 7 juin, rappelant qu'il n'y aura qu'un seul tour pour voter pour le changement à  gauche, sans dispersion des voix.