Belle pagaille

pagailleNous avons tous pu constater la belle pagaille qui s’est instaurée cet été en centre ville. Et pour cause : la remise précipitée des clés des parkings publics à la société privée Q-Park a rejeté des centaines de voitures sur la voie publique, rendant la vie impossible aux résidents et usagers du centre-ville.
Malgré un financement public de 2 millions d’euros pour réhabiliter les parkings du centre-ville et augmenter à terme le nombre de places payantes, les tarifs de stationnement augmentent de 25% et  le nombre de places de stationnement gratuit diminuent. Le service rendu aux Sévriens devient exécrable ; à notre connaissance aucun tarif spécial n’est prévu pour les résidents du centre ville.
La municipalité laissait pourrir les conditions de stationnement en centre-ville depuis plus de dix ans. La communauté d’agglomération les traite en dépit du bon sens : l’intérêt de la société privée passe avant celui des usagers sévriens.

Pendant que l’on mobilise des sommes importantes pour ces parkings, que l’on assomme les usagers avec des hausses de tarifs, nous ne voyons pas beaucoup d’investissements de développement durable pour nos transports :
- pas de transformation de la rue des Fontaines en faveur des piétons,
- pas de navettes efficaces inter-coteaux,
- pas de pistes cyclables,
- pas d'élargissement des trottoirs...
Nous pensons pourtant que cela serait infiniment plus important pour les Sévriens que la mise sous barrières des parkings de la ville.
Une politique de dissuasion de l'utilisation de la voiture pourrait avoir du sens si elle s'accompagnait de la mise en place d'une meilleure offre de transports en commun à Sèvres.