La nécessité de réguler l'économie

Nicolas Sarkozy a justifié dans son discours de Toulon l'intervention de l'à‰tat pour rassurer l'opinion face à  la plus grave crise financière que le monde ait connue depuis 1929. C'est le retour de l'Etat-providence€¦ mais pour les banques seulement. Car le Président de la République, qui n'est pas à  une contradiction près, a annoncé pendant le même discours la poursuite de sa politique de réduction des moyens pour l'école et les services publics en général.

Les socialistes n'ont, quant à  eux, pas attendu la crise pour affirmer la nécessité de réguler l'économie de marché tout entière et pas seulement les marchés financiers. C'est à  l'à‰tat de fixer les règles du jeu si l'on ne veut pas que la libre entreprise et la concurrence se transforment en loi de la jungle. Il appartient également à  l'à‰tat de garantir les droits sociaux et d'assurer l'égalité réelle des chances, mais aussi de défendre les services publics, patrimoine de ceux qui n'en ont pas. La puissance publique est souvent la seule à  pouvoir assurer durablement égalité d'accès, péréquation tarifaire, continuité du service et investissements stratégiques à  long terme, bref garantir l'intérêt général.
Aveuglés par leur idéologie, les conservateurs et les libéraux ne veulent rien entendre et préfèrent continuer à  reléguer l'à‰tat dans ses fonctions régaliennes, quitte à  l'appeler au secours quand il y a le feu.