Question écrite concernant les habitants des Bruyères

Au Conseil municipal du 12 février 2009, les élus de l'opposition demandent des explications au Maire
Depuis plusieurs semaines « Les habitants du plateau des Bruyères ont été choqués en lisant la lettre du Maire, qui leur a été adressée le 15 janvier dernier, annonçant la réduction des créneaux d'ouverture de l'agence Postale des Bruyères. Elle prend la suite
-  du lancement d'un projet départemental d'aménagement dans la route du pavé des Gardes sans la moindre concertation préalable avec les habitants du quartier
- de l'annonce de l'ouverture d'une déchetterie, là  encore sans prendre en compte l'avis de la population des Bruyères »

Deux questions sont posées par les élus de l'opposition au Conseil municipal du 12 février 2009
- L'une par Pascal Giafferi pour le Modem
« De nombreux habitants des Bruyères se plaignent de ne pas avoir été consultés dans le cadre du projet d'aménagement de cette partie de Sèvres. Nous savons qu'une réunion est organisée le 23 février prochain pour recevoir un certain nombre de pétitionnaires concernant ce sujet. Pourriez vous, Monsieur le Maire, nous expliquer quel fut le processus de décision relatif à  ce projet et pouvez vous nous dire si la communication et la concertation vous paraissent avoir été bonnes et efficaces sur ce point précis ».

L'autre par Frédéric Durdux pour le groupe socialiste et le groupe des verts :
Les habitants du plateau des Bruyères ont été choqués en lisant la lettre du Maire qui leur a été adressé le 15 janvier dernier, annonçant la réduction des créneaux d'ouverture  des l'agence postale des Bruyères
Cette agence contribue au maintien d'une très mince activité de services publics au sein de ce quartier très isolé dans notre commune.
Les motivations de la réduction des plages d'ouverture seraient le manque d'activité de cette agence. Cependant, les chiffres cités par la municipalité font état d'une activité significative de l'agence postale comme des services municipaux.
Aujourd'hui la fermeture de cette agence ne fait que renforcer l'amertume des habitants du quartier à  l'encontre d'une politique qui les laisse à  l'écart.
La quasi-disparition du service de cette agence est vécue comme une profonde injustice par les habitants du quartier qui se sentent délaissés par la municipalité. A ce titre il faut rappeler :
-  les trois fermetures de classes depuis quatre ans au sein des écoles Cotton/Bruyères ;
-  la vente par la société Gécina de son parc locatif, sans que la Mairie ne tente aucune action pour faciliter le maintien des populations frappées par cette vente ;
- les difficultés pour relancer l'activité de la superette du quartier après sa fermeture ;


Nous donnons ici nos conclusions à  la suite de l'intervention du maire puisqu' il n'a pas été possible de reprendre la parole après son intervention et engager une réelle discussion.

Aux questions des groupes d'opposition, le Maire répond qu'il a évoqué le projet d'aménagement de la route du pavé des gardes en réunion de quartier en 2004-2005 et 2007. sa dernière présentation en 2008 aux habitants des Bruyères avait soulevé, des réactions critiques et des propositions intéressantes (NDLR on sait qu'il avait quitté en cours de séance une réunion plutôt houleuse). Il a ensuite provoqué une réunion avec les animateurs de quartier et le Conseil général pour améliorer ce projet, et affiché son plan à  l'agence postale (NDLR au vu de ce plan, il était très difficile de se faire une idée précise des projets présentés). De même il négocie avec l'ONF qui souhaite réduire les accès à  la forêt de Meudon.

En conclusion, après les réactions au premier projet établi sans concertation, il semble que la négociation permette de s'acheminer vers un accord sous réserve que la réunion prévue le 23 février avec les habitants permette un réel rapprochement des points de vue.

Pour le Maire, la déchetterie prévue est réalisée par Arc de Seine sur un espace qui appartient à  l'ONF. En conclusion, il n'a pas encore vraiment intégré que la fusion des deux intercommunalités était en cours, il nous semble que c'est dans le cadre de cette fusion que le projet devrait être ré-étudié.

Sur l'agence postale, il reprend les chiffres donnés dans la lettre envoyée aux habitants,  « soit 40 opérations postales actuellement par demi-journée d'ouverture, mais constate un service qu'il sait apprécié par les habitants des Bruyères ». Il nous semble que 40 opérations postales par ½ journée n'est pas tout à  fait négligeable, en conclusion, plutôt que de pratiquer une politique d'abandon, ne serait il pas plus utile, plus ambitieux au contraire de renforcer le service public sur ce quartier, en étoffant les services offerts par l'agence, ou encore en élargissant les créneaux d'ouverture de l'agence, notamment le soir, afin que les habitants des Bruyères bénéficient d'une offre de service public compensant l'isolement du quartier ? Il nous semble que ce serait prendre en compte la responsabilité collective de la municipalité vis-à -vis de tous les Sévriens.