Avis sur le schéma de cohérence territoriale (SCOT) du Syndicat mixte des coteaux et du Val de Seine

SCOTAvis du Conseil municipal du 26 mars 2009
Ce document de planification intercommunale fixe les grandes orientations de l'aménagement du territoire. Il doit donc être cohérent avec les documents de niveau supérieur, en particulier pour nous le Schéma directeur de la région Ile de France. C'est pourquoi nous votons contre le SCOT présenté au Conseil municipal du 26 mars 2009.
Le SDRIF se fixe comme objectif majeur la réduction infra-régionale des inégalités sociales et territoriales, il préconise des créations d'entreprises dans les espaces les mieux desservis par les transports en commun. Catherine Cyrot souligne que Le SCOT qui prévoit des augmentations massives de l'immobilier d'entreprise dans un secteur déjà  densifié accroît encore les inégalités relevées par le SDRIF. Ce renforcement de l'immobilier d'entreprise qui accroît aussi le déséquilibre entre entreprises et habitat renforce la tendance à  la hausse du coà»t de l'habitat, et génère des coà»ts de déplacement importants pour ceux qui ne peuvent plus habiter sur place. Or le SCOT ne donne pas l'état des besoins pour faire face à  cette demande d'augmentation des transports en commun. Enfin il n'évalue pas l'impact de ces décisions sur l'environnement. Au moment ou la ville de Sèvres s'engage dans une procédure d'agenda 21, on voit mal quelle cohérence le Maire pourra trouver entre ce SCOT en contradiction flagrante avec les orientations du développement durable et son projet d'agenda 21. La décision du Conseil général de porter la RD7 à  4 voies contre les avis qui se sont exprimés au cours de la concertation préalable est un des signes forts de ces contradictions. (Lire aussi sur le site démocratie92)
Les élus socialistes et verts votent contre cette décision, les élus du Modem s'abstiennent (voir aussi l'intervention des Verts).

Pour lire le document dans son intégralité, cliquez ici