SEMI Sèvres

SEMIAu conseil municipal du 17 décembre 2009, le programme de réhabilitation et de grosses réparations du oparc immobilier de la SEMI Sèvres. Attribution d'une subvention pour le financement de la tranche de travaux de l'année 2010.
Bien que la convention ville SEMI soit intitulé programme de réhabilitation il faut bien comprendre on ne traite en fait que de l’entretien courant des bâtiments de la SEMI. La participation de la commune à ce programme permet à la SEMI d’entretenir le patrimoine sans déséquilibrer ses comptes.

Cependant cette résolution appelle trois remarques :
Sur la forme, il serait utile de présenter un bilan des travaux cumulés effectués par la SEMI qui rentrent dans le cadre de cette convention, en précisant la partie financée par la commune et celle financée par la SEMI ou par d’autres subventions.
Dans cette convention, la participation commune s’élève à 3,6MEur pour 6,5Meur de dépenses. Pour 2010, le rythme de travaux programmés est extrêmement faible, à moins de 70000 Euros. La partie financée par la commue représente la quasi totalité du programme en 2010, ce qui n’est pas normal il devrait y avoir un concours plus important de la SEMI.
Enfin, et parallèlement à ces opérations d’entretien, il est nécessaire de lancer un programme plus ambitieux, axé sur le développement durable, et les économies d ‘énergies, et qui ne se limite pas au changement des ampoules dans les cages d’escaliers. Un bilan énergétique du  bâti de la SEMI doit être fait pour en déduire un plan d’action. Outre les impératifs de développement durable, la maîtrise de la consommation énergétique est un enjeu majeur pour les années à venir, notamment pour les foyers les plus modestes. Nous l’avons indiqué le 11 décembre 2008 lors de l’examen de cette question en conseil municipal, nous l’avons redit le 11 juillet dernier lors de l’examen de la réduction de la taxe foncière pour l’amélioration énergétique des bâtiments, nous le répétons à nouveau aujourd’hui : l’énergie est aujourd’hui une denrée très bon marché mais qui va connaitre dans les années à venir des hausses importantes voire violentes. L’économie des ménages les plus modestes sera mise à mal. Il appartient à la collectivité d’anticiper, de tenir compte de cette tendance et d’entreprendre les investissements nécessaires pour réduire sensiblement les besoins énergétiques, notamment dans le logement social.
Le conseil municipal à l'unanimité vote pour cette délibération
Pour l’intervention des Verts, lire ici