Des propositions pour le logement

On reproche souvent au parti socialiste de ne savoir que critiquer ou bien de se complaire dans des querelles internes et de ne jamais faire de propositions. Devant la presse écrite et les télés réunies à Clamart le 16 février dernier pour le lancement de l’Appel pour une autre politique du logement, Martine Aubry a fait la démonstration du contraire.

 

Entourée de nombreux maires franciliens, mais aussi d’élus venus de toute la France, elle a présenté les propositions des socialistes sur un sujet particulièrement sensible pour la vie de nos concitoyens. Le  logement représente en effet une part croissante du budget des ménages, pouvant atteindre parfois jusqu’à 50% chez les plus démunis.
S’appuyant sur l’exemple des politiques de logement menées au plan local par les élus socialistes, elle a montré qu’il est possible de conduire d’autres politiques du logement que celle de la droite qui favorise la spéculation et ne profite qu’aux ménages aisés. Oui, Clamart en est la preuve, il est possible de construire un tiers de logements sociaux dans chaque nouvelle opération immobilière pour faciliter l’accès des familles aux revenus modestes. Oui, il faut supprimer le dispositif de défiscalisation Scellier, qui «coûte cher à l'Etat» et ne profite pas au logement social. Oui, il faut réserver le prêt à taux zéro aux ménages qui en ont vraiment besoin. Il s’agit là de propositions concrètes, aux antipodes de la politique du gouvernement. Il y a urgence : près de 3 millions de Français souffrent de mal-logement, comme l’a montré la fondation Abbé Pierre.