Contre la privatisation de la poste

laRochelle

85 bureaux de poste fermés depuis le début de l’année, accélération du désengagement de l’entreprise publique des zones rurales ou des quartiers jugés insuffisamment rentables, 7 416 emplois détruits en six mois, soit autant que le nombre de suppressions d’emplois enregistrées pour toute l’année 2008… Ces évolutions ne sont évidemment pas étrangères au projet de changement de statut. Le gouvernement prépare la mue de l’entreprise publique en société anonyme. Il a beau clamer que le capital restera à 100% public, il ne trompe personne.
Dans ce combat pour empêcher une privatisation injustifiable, les socialistes ont décidé de s’élever contre ce que l’on a trop souvent considéré à tort comme inéluctable : la dépossession injustifiée et autoritaire du bien commun du plus grand nombre au profit d’une minorité agissant dans le seul objectif de son intérêt propre, celui du profit et de la rentabilité.
Pour autant, si nous ne voulons pas de la privatisation, nous ne voulons pas non plus du statu quo. Nous voulons une Poste démocratique au sein de laquelle les citoyens et les usagers ont leur mot à dire, une Poste forte qui s’engage au service du développement de notre pays et du progrès, dans le cadre notamment d’un pôle financier public et au plus près des territoires, une Poste européenne qui se modernise et prend toute sa place dans l’ère du numérique.


Hebdo des socialistes n° 539
Pour télécharger l'hebdo au format PDF