L'avenir de notre pays, enjeu des primaires citoyennes

A en croire certains observateurs, la gauche aurait déjà perdu l’élection présidentielle de 2017. Minée par ses divisions, elle n’aurait aucune chance d’empêcher les candidats de droite et d’extrême-droite d’accéder au second tour et de se disputer la victoire en mai prochain.

Comment la gauche des primaires citoyennes peut-elle battre en brèche cette prétendue fatalité?  En désignant par un vote massif, le candidat qui portera ses couleurs à l’élection présidentielle.
 
Il y va de l’avenir de notre pays. De sa cohésion et par là-même de sa sécurité. De la survie de son modèle social. De sa place en Europe et de sa capacité d’influence dans le monde. Comment en effet ne pas être inquiet d’entendre le candidat de la droite proposer de mener une politique d’austérité déflationniste et de démanteler les services publics et la sécurité sociale ? Comment ne pas être inquiet d’entendre la candidate d’extrême-droite proposer de rompre avec la tradition d’accueil et d’ouverture de notre pays ? Comment ne pas être inquiet de voir la droite et l’extrême-droite rejeter une partie de nos concitoyens au motif de leurs origines ou de leur religion ?


 
Le projet de la gauche des primaires citoyennes est à l’opposé de cette vision d’une France d’exclusion et de repli. Il est celui d’une République laïque et sociale, innovante et environnementale, solidaire et citoyenne, moteur de l’Europe et puissance dans la mondialisation.
 
Aux électeurs de donner les 22 et 29 janvier prochains la légitimité la plus forte possible au candidat des primaires citoyennes qui leur semble le mieux à même de rassembler pour défendre les valeurs de la gauche et porter haut son projet.