Affaires et climat délétère à l’UMP

 Il n’y a pas qu’à Sèvres que l’UMP se déchire. Les affaires qui éclatent les unes après les autres montrent que la guerre des chefs est loin d’être éteinte à droite et que tous les coups sont permis.

Les accusations de favoritisme vis-à-vis de la société Bygmalion, portées à l’égard de Jean-François Copé, n’ont surpris personne et surtout pas ses meilleurs ennemis, les proches de Fillon. Cherchez à qui profite le crime… A moins qu’un troisième larron ne tire les ficelles.

 Nicolas Sarkozy n’en finit pas de mettre en scène son retour en politique et quelle meilleure façon que de réapparaître en homme providentiel et rassembleur !

 Enfin, pour le rassemblement, il faudra attendre un peu. La révélation des écoutes effectuées par l’éminence grise de l’ancien Président de la République, Patrick Buisson, a jeté un nouveau pavé dans le marigot de la droite. On y apprend ce que Sarkozy disait de ses amis dans ce qu’il croyait être le huis clos de l’Elysée : tous des nuls, y compris Borloo qui se voyait déjà premier ministre en cas de réélection de l’ancien président de la Ré- publique. Lequel fait l’objet d’une enquête pour trafic d’influence et violation du secret de l’instruction.

 

A qui le tour et à quand la prochaine affaire, mesdames et messieurs de l’UMP ?