Au retour de l'Université de la Rochelle

Beaucoup de monde(David Assouline parle de 4 500 participants), aussi bien pour les séances plénières bondées, que pour les conférences et ateliers auxquelles j’avais choisi d’assister. La volonté affichée des animateurs de mettre les militants au cœur des débats se retrouve à tous niveaux, et elle rejoint la volonté des militants de prendre la parole dans cette Université.

Quelques coups de cœur :

- l’intervention de Christiane Taubira a donné du souffle à la séance plénière sur l’égalité des droits en nous incitant à ces combats nécessaires pour l’émancipation humaine.

- les convictions affichées par Najat Belkacem ont placé la lutte contre les inégalités au cœur de l’engagement de la gauche, comme un enjeu démocratique majeur.

(voir la plénière tenir la promesse républicaine de l'égalité)

 

 

Le mixage des interventions entre les responsables du PS, les intervenants extérieurs et les personnalités politiques a tiré vers le haut les débats. C’est la richesse de ces échanges de vue parfois contradictoires, avec des moments très forts, par exemple :

- le dialogue entre Louis Gallois et Arnaud Montebourg basé sur leur travail en commun à la table ronde sur la ré-industrialisation ; ils se sont entendus sur la bataille culturelle à mener pour la montée en qualité des produits made in France, l’importance du travail réalisé pour cibler les priorités de la politique industrielle de la France autour des 34 plans de reconquête ; ils ont aussi débattu sur le choix de stimuler de manière sélective la demande des plus pauvres pour les produits de 1ère nécessité, parce que ce sont des produits fabriqués en France et parce que c’est un enjeu de justice sociale, et sur le choix de mettre le logement et notamment le logement social, comme une priorité pour relancer le secteur du BTP (voir la plénière sur la réindustrialisation)

- le dialogue entre Benoit Hamon et Najat Belkacem sur la continuité des actions à mener pour que l’école incarne à nouveau la promesse de l’égalité républicaine pour tous et pour mettre en œuvre le travail mené antérieurement par Vincent Peillon et Benoit Hamon. (voir la plénière tenir la promesse républicaine de l'égalité)

 

Au travers des interventions la recherche des valeurs qui fondent une politique de gauche m’a semblé être le fil rouge de cette université d’été :

- l’importance du dialogue social comme un enjeu majeur de changement,

- la lutte résolue contre les discriminations,

- la volonté partagée de réaliser la promesse républicaine de l’égalité réelle.

 

J’ai par contre, été énervée par l’omniprésence d’une presse à la recherche de l’anecdotique pour faire passer à tout prix l’image d’un PS divisé ; par exemple, lors de la plénière finale où assise au fond de la salle j’ai assisté au ballet des journalistes à l’affut de la vingtaine d’opposants organisés pour lancer le chahut pendant l’intervention de Manuel Valls, sans tenir compte de la réaction très claire des participants bien plus nombreux qui utilisaient l’applaudimètre pour manifester leur agacement devant cette manipulation médiatique évidente.

 

J’ai été aussi très intéressée par l’atelier sur l’Europe avec Pervenche Berès qui nous a expliqué en quoi, dans ce nouveau parlement, le PS se trouvait plus fort que dans la mandature précédente pour porter ses choix stratégiques : soutenir la croissance et investir 300 milliards au niveau européen, porter le chantier de la transition écologique, dans un rapport de force avec le PPE affaibli par les dernières élections et obligé de s’entendre avec les socialistes face aux menées des partis souverainistes.(voir l'atelier sur l'Europe)

 

Vous retrouvez l’ensemble des interventions sur le site du Parti socialiste, faites comme moi, j’ai redécouvert après coup sur internet les interventions passionnantes sur la révolution numérique de Fleur Pellerin, Pierre Lescure ou Pascal Rogard pour prendre un exemple (Pour retrouver la plénière sur la révolution numérique)

 

Pour retrouver l'intégralité des débats, cliquez ici

Catherine Cyrot