Vie politique

Notre droit d'amendement c'est votre liberté d'expression

Les parlementaires prennent la parole pour défendre le droit d'amendement
- Le droit le plus sacré de la démocratie
- Pourquoi la droite s'en prend à  ce droit
- Les faux arguments de l'état liberticide, attentatoire à  un droit constitutionnel
- Les abus de pouvoir vis à  vis du parlement depuis 18 mois
- Pourquoi résistons nous ?

Pour voir la présentation par les députés, cliquez ici

Finira t'il par nous entendre

nous-entendrePlus de deux millions de personnes dans les rues le 29 janvier. Plus de deux millions de personnes battant le pavé pour dire leur angoisse face à  la crise, la montée du chômage, la baisse du pouvoir d'achat et crier leur colère contre un gouvernement qui sanctionne plus qu'il n'aide, qui favorise les plus aisés au lieu de soutenir les salariés.
Dans l'Hebdo, Christian Paul, animateur du Laboratoire des idées du PS et le philosophe Didier Eribon reviennent sur cette formidable mobilisation et évoquent les passerelles à  établir entre l'action syndicale, les mouvements associatifs, les intellectuels et les partis politiques.

 

Lire la suite...

Démocratie en danger

Démocratie en dangerLe pouvoir législatif piétiné, le pouvoir judiciaire soumis et le contre-pouvoir médiatique humilié, la démocratie est en danger. Plus que jamais omniprésident, Nicolas Sarkozy veut tout contrôler, tout régenter. Pour que la France ne parle plus que d'une seule voix : la sienne. Les réformes ou projets de réforme qui vont dans ce sens s'enchaînent à  toute vitesse. Dernières en date pour ne citer qu'elles : la limitation du droit d'amendement qui revient à  bà¢illonner l'opposition à  l'Assemblée nationale ou la suppression du juge d'instruction, grave remise en cause de l'indépendance de la justice. L'Hebdo revient sur toutes ces atteintes à  la démocratie. La vigilance s'impose. Et plus que jamais le combat

Hebdo des socialistes n°513
Pour télécharger l'hebdo au format PDF

Rupture ou es-tu ?

salariesNicolas Sarkozy avait promis la €œrupture€ et illustré ce concept de slogans-chocs, tel le fameux €œtravailler plus pour gagner plus !€. Cette façade traduisait la fascination sarkosyenne pour le modèle anglo-saxon du €œmoins d'Etat€ et de plus de €œflexibilité du travail€. Ce remède, il allait l'administrer sans tarder à  notre chère France.
Ce scénario fut mis en scène prestement : cadeaux fiscaux aux plus aisés, détricotage des 35 heures, encouragement aux heures supplémentaires, autonomie des universités, réduction des effectifs de l'Education nationale, fusion des ASSEDIC et de l'ANPE€¦ la liste est longue et ici incomplète.

Lire la suite...

Faire de la large victoire aux municipales et cantionales la base d'un contre-pouvoir utile face à  la droite

Les piliers de la républiqueLa gauche a gagné 38 villes de plus de 30 000 habitants. Elle dirigera 24 des 36 villes de plus de 100 000 habitants et 60 conseils généraux. Elle est, depuis 2004, à  la tête de presque tous les conseils régionaux. Jamais depuis les lois de décentralisation de 1982 elle ne s'était trouvée dans pareille situation. Il est important que cela soit utile aux Français.

Lire la suite...

Libéralisme et socialisme

Peut-on être à  la fois socialiste et libéral ? Oui pour Bertrand Delanoà«, qui l'a revendiqué dans son livre De l'audace. Qu'est-ce que le libéralisme ? C'est une doctrine d'affranchissement de l'homme, née de l'Europe des Lumières. C'est une idéologie de la liberté qui a permis de grandes conquêtes politiques et sociales. Le libéralisme, c'est aussi l'idée que la liberté est une responsabilité : être libre, c'est vouloir ce que l'on fait, ce n'est pas faire ce que l'on veut. Comme le dit l'article 4 de la déclaration des droits de l'Homme : « l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits ». Autrement dit, la liberté des uns s'arrête o๠commence celle des autres.

Lire la suite...

Sarkozy, recordman de l'impopularité

SarkozyEtonnant, le parcours de notre Président ! Résolu à  bousculer le style présidentiel, Nicolas Sarkozy a démarré en trombe en annonçant une « retraite dans un monastère » transformée sans préavis en séjour sur bateau de luxe aux frais de l'ami Vincent Bolloré.
Médusés, les citoyens et citoyennes ont admiré les lunettes Rayban, les montres Rolex et les stylos Mont-Blanc d'un Président lui-même fasciné par les ultra-riches et leurs fastes.

Lire la suite...