Lutter contre les causes de la pauvreté

 Le 14 novembre, François Soulage, président du Secours Catholique, a rencontré au Forum sévrien militants socialistes et citoyens engagés dans la lutte contre la pauvreté. Chacun est reparti avec une volonté renforcée de lutter contre la pauvreté.

 

 

 

 

En France, 8,6 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, soit avec un revenu inférieur à 977€ par mois. La part de ces  personnes dans la population française augmente d’année en année. Elle est passée de 13,2% à 14,2% en 5 ans. Dans le même temps le nombre de personnes en situation de très grande pauvreté a augmenté de 25%. Les populations les plus touchées sont les familles avec enfants, dont un tiers de familles monoparentales, les jeunes de moins de 25 ans, les travailleurs pauvres, les étrangers.

 

A Sèvres, 730 personnes vivent sous le seuil de pauvreté. Le coût du logement est clairement un accélérateur de pauvreté, les loyers sont souvent confiscatoires, du fait d’une offre de logements insuffisante.
Si la crise actuelle accentue la pauvreté, celle-ci a des causes structurelles et se transmet de génération en génération. Deux tiers des personnes en situation de pauvreté sont des travailleurs pauvres ou des personnes en recherche d’emploi, avec peu ou pas de formation professionnelle ou une formation inadaptée aux emplois proposés sur place. Tout doit être fait pour aider les chômeurs à sortir du chômage quand on sait qu’un emploi aidé ne représente qu’un tiers du coût d’un chômeur. Il faut créer une solidarité nouvelle contre le chômage.
Il faut combattre l’idée selon laquelle les personnes en situation de pauvreté auraient décidé d’être assistées et seraient des fraudeurs. Les fraudeurs sont peu nombreux et les sommes concernées ridiculement faibles par rapport à la fraude sur l’ISF ou sur l’impôt sur les sociétés. La réalité c’est que 70% des personnes qui auraient droit au RSA ne le demandent pas. Pour les associations comme pour les collectivités locales, l’accès aux droits pour les plus pauvres est un enjeu essentiel.
Les personnes en situation de pauvreté sont souvent des personnes isolées pour qui récréer du lien social est une nécessité vitale. Les épiceries sociales, les vestiaires solidaires, les permanences d’accueil leur permettent, au-delà de l’aide matérielle, de casser cet isolement, de retrouver une existence sociale, de se reconstruire comme une personne respectée.

Pour lire le compte rendu détaillé de cet atelier débat, cliquez ici