Quel avenir pour l'ancienne gare du Pont de Sèvres ?

Pour participer à la concertation sur l'avenir de la gare du Pont de Sèvres sur le site du PS, cliquez ici

Pour décharger le formulaire de concertation sur l'avenir de la gare du Pont de Sèvres et le renvoyer par la poste, cliquez ici

Vent de démocratie en Tunisie

tunisieAvec les amis tunisiens de Sèvres, nous nous réjouissons du départ de Ben Ali de la présidence tunisienne. Et nous sommes solidaires du peuple tunisien pour son courage et sa détermination en faveur de plus de liberté et plus de justice. Comme l’a rappelé Martine Aubry :
« Le départ du Président Ben Ali doit permettre la transition démocratique. Cela passe par la libération de l'ensemble des prisonniers politiques, l'établissement de toutes les libertés démocratiques et la préparation d'élections libres dans les meilleurs délais. La diplomatie française doit s'engager sans ambiguïté en faveur de la démocratie en Tunisie, à laquelle le peuple tunisien a montré qu'il aspirait avec force ».

Nous vous faisons partager un texte envoyé de Tunis par un ami,
vous pouvez lire ses chroniques sur Facebook ou sur http://www.fgbussac.fr.gd

La rose rouge d’Ifriquia

De tous les horizons de ce pays béni
De tous les cœurs purs de ce pays meurtri
Monte un cri puissant, une douleur éclatante

Et le monde découvre, ahuri, révolté, ravi
Que le doux jasmin qui jouait à l’éternel gentil
Est soudain devenu la rose rouge d’Ifriquia

Superbe, fragile, tachée du sang des innocents
Droite, vêtue de ses seules épines, elle dresse
Sa sombre beauté face à la férocité aveugle

Ses sœurs viennent des grands sud, des pays réprouvés
Des petits bourgs perdus, des villes inconnues
Des ruelles en torchis, des hameaux qui s’écroulent

Ses cousines peinent à la tâche, petites citadines frêles
D’un rouge si profond qu’il nous parait tout noir
Et pourtant elles lui font cortège, sans peur et sans reproche

Quelle est belle cette rose nouvelle, cette promesse d’une aube
Forte, juste, rieuse, qu’elle est belle ! Rien ne l’arrêtera
Elle est de celles qui renaissent tous les matins, sans chagrin

Epines affûtées de nuit, parfum incandescent, cette rose rouge
Vient d’éclore au pays de Didon et de la Kahéna. Elle a un nom
Elle s’appelle Liberté.

François-George Barbier-Wiesser le 12 janvier 2011

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to LinkedIn