Le Parti socialiste, première force d’opposition de gauche

Avec 70 sièges au Sénat, dont 31 élus lors du vote du dimanche 24 septembre, le Parti socialiste est le premier groupe d’opposition de gauche à la Haute Assemblée. Parmi les nouveaux élus figure Xavier Iacovelli, Premier secrétaire de la fédération socialiste des Hauts-de-Seine. Il sera en première ligne avec les autres sénateurs socialistes pour engager la bataille afin de préserver la capacité des collectivités locales à fournir des services publics de proximité, capacité mise à mal par la baisse annoncée de leur ressources fiscales et la réduction du nombre de contrats aidés.


Le Parti socialiste, qui compte par ailleurs 30 députés à l’Assemblée nationale, est bien la première force d’opposition à gauche au Parlement. Les parlementaires socialistes auront fort à faire pour contrer la politique du gouvernement qui, de plus en plus, se révèle une politique de droite, comme en témoigne la suppression de l’impôt sur la fortune sous prétexte de favoriser l’investissement productif dans notre pays. Dans le même temps, sans vergogne, le gouvernement diminue les aides au logement, augmente la CSG pour les retraités. Au motif de lever les freins à la création d’emploi et à l’embauche, les ordonnances Macron / Pénicaud précarisent les salariés et affaiblissent la démocratie sociale. Comment le gouvernement peut-il parler d’adaptation aux défis économiques, alors qu’il ne fait rien pour sécuriser les transitions professionnelles. Comment le gouvernement peut-il invoquer la confiance et le dialogue social alors que les relations entre employeurs et salariés n’auront jamais été aussi déséquilibrées ?
Tandis que notre pays connaît une embellie économique, la politique du gouvernement creuse les inégalités sans réduire le chômage de masse. Le Parti socialiste appelle à se mobiliser contre cette politique à sens unique en faveur du patronat et des plus riches.