Le Parti Socialiste des Hauts-de-Seine appelle au Rassemblement des forces de Gauche dès le 1er tour des élections départementales

 

Communiqué de presse du PS des Hauts de Seine

Ce qui rassemble les partis de Gauche est plus fort que ce qui les sépare. C’est d’autant plus vrai dans notre département. Les socialistes des Hauts-de-Seine continueront de tout faire pour rassembler les forces de progrès de notre département afin de battre la Droite et d’empêcher la progression du Front National.

Les élections de mars prochain auront un caractère inédit : le mode de scrutin étant réformé, nous pouvons désormais faire élire 4 élu(e)s de Gauche par canton, avec autant de femmes que d’hommes. Dans notre département, pour que cet objectif soit atteint, un engagement commun de rassemblement des forces progressistes et écologistes est indispensable.

C’est précisément ce à quoi le Parti Socialiste des Hauts-de-Seine appelle solennellement aujourd’hui. Il est fondamental de conserver à l’esprit que le seuil de 12,5% des voix que chaque « ticket » de candidatures devra obtenir, dans un contexte d’abstention majeure à laquelle il faut s’attendre, nous expose à de nombreux duels Droite – Droite extrême. Ce cas de figure, dont personne ne veut à gauche, nous oblige à être unis, comme nous l’avons souvent été.
Ces dernières années, nous avons en effet travaillé main dans la main avec nos partenaires dans plusieurs communes des Hauts-de-Seine. A l’échelon départemental, nous avons même ouvert il y a 6 ans notre groupe d’élus socialistes à l’unique conseiller général Vert du 92. Ensemble, nous avons oeuvré pour appliquer une politique juste et responsable envers toutes les catégories sociales et contré la mainmise financière et immobilière et l’exclusion des plus pauvres, encouragées par la Droite des Hauts-de-Seine.
Aujourd’hui, malgré la proximité des valeurs que nous défendons, nous constatons que le Parti Communiste et le Front de Gauche des Hauts-de-Seine ne prennent pas en compte ces réalités politiques. La Fédération socialiste des Hautsde-Seine regrette vivement l’attitude de ces alliés traditionnels, qui ont décidé il y a peu d’adopter une posture contestataire, en tentant de répercuter, au niveau départemental, leurs divergences nationales avec le Gouvernement. Le 92 n’est pas la France !