Fusion des communes de GPSO, question du groupe socialiste au Conseil municipal du 30 juin 2015

Monsieur le Maire,

Au mois de mai, nous avons appris de bouche à oreille par nos concitoyens l'existence d'un sondage commandité par GPSO pour tester l'idée d'une fusion des communes de l’agglomération. Nous l'avons appris ainsi, avant que dans les différents conseils municipaux des communes de GPSO, ou en Conseil d’Agglomération une quelconque information soit diffusée.

 Nous avons été surpris de la méthode. En effet, ce sujet, à défaut de rassembler toutes les villes et tous les élus, mériterait un minimum de débats entre conseillers municipaux et conseillers communautaires. Cela nous apparaitrait plus approprié plutôt que d'évoquer cela, comme le dit un Maire de GPSO, "dans un dîner entre amis" ?

 

 Nous avons été d'autant plus surpris lorsque nous avons appris l’existence d’un amendement déposé au Sénat par Hervé Marseille, Sénateur, Maire de Meudon et Vice-Président de GPSO, proposant rien moins que de supprimer tout référendum local si plus des deux tiers des conseils municipaux d’une communauté d’agglomération n’étaient pas d'accord sur une fusion de leurs communes. Par bonheur, la haute assemblée a fait preuve de plus de sagesse et ce projet d’amendement a été rejeté.

 Une question sur ce projet de fusion a également été adressée au Président de GPSO en préalable du dernier conseil d’agglomération, pour que cette question soit abordée en Conseil Communautaire, ce que le Président de séance a refusé, pour un motif non recevable.

Nous regrettons que l'outrance s'ajoute au flou. Nous sommes tous des élus, nous n'avons par essence rien à cacher. Alors nous vous demandons quels sont les résultats de ce sondage,  si ce projet de fusion est maintenu, et quelle est la position du Maire de Sèvres sur ce projet de fusion ?

Nous vous remercions de votre réponse.

 Le Maire indique que cette question avait été envisagée pour se prémunir du Grand Paris, mais sans indiquer pourquoi le Grand Paris représentait un danger pour les habitants de l’agglomération ni en quoi cette fusion représentait un avantage. Mais le projet semble maintenant écarté. Il n’a pas répondu sur quelle était sa position personnelle sur ce projet de fusion.