RD7 : le conseil général ne respecte pas l'expression des citoyens

RD7Le conseil général lance l'enquête d'utilité publique sur l'aménagement des berges de Seine entre le Pont de Sèvres et Issy les Moulineaux. Cette enquête fait suite à  la concertation conduite par le Conseil Général du 15 septembre au 15 décembre derniers.

Cette concertation a permis de recueillir plus de mille cinq cents avis sur ce projet d'aménagement. Plus de mille avis ont été déposés sur les registres mis à  disposition dans les communes de Sèvres, Meudon et Issy les Moulineaux. Cinq cents ont par ailleurs été déposés électroniquement sur le site Vallée Rive gauche, ouvert à  l'occasion de cette concertation.

Plus de 90% des mille avis déposés sur les registres exprimaient le choix de voir un aménagement de la RD7 en deux fois une voie et demie, traversé par des carrefours giratoires. C'était la variante 3 proposée par le conseil général. Les variantes un et deux, à  quatre voies ou traversées de carrefours à  feux, ont été massivement rejetées par le public.

Et pourtant, après avoir recueilli l'avis du public sur ces trois variantes, le conseil Général lance l'enquête d'utilité Publique sur le projet N°1 : aménagement de la RD7 à  quatre voies et feux, sauf au carrefour Vaugirard, qui serait aménagé de façon mixte, rond point et feux.

Ce choix est incompréhensible et ce pour trois raisons au moins :

- comme on l'a vu plus haut, ce n'est pas celui qui est souhaité par le public. Ce mépris de l'avis donné par tous ceux qui se sont intéressés au projet et qui ont pris la peine de s'exprimer officiellement constitue un immense déni de démocratie€¦

- le projet numéro un n'est pas bon techniquement : l'emprise de terrain sur la mince bande de terre qui borde la Seine absorbera un espace inutile, qu'il serait préférable d'aménager d'une façon plus naturelle. Les quatre voies constituent un axe qui incite à  la vitesse, aux dépassements, et qui accentue le caractère accidentogène de l'axe ; les pollutions sonores et aériennes seront aussi accrues. Les carrefours à  feux ne garantissent pas le meilleur écoulement du trafic. Au contraire les giratoires, comme celui aménagé à  titre expérimental au carrefour Vaugirard à  Meudon. Dans ses conclusions sur la concertation, le Conseil Général reconnaît l'avantage de cette solution. La solution retenue par le Conseil Général créera des bouchons.

-  La solution retenue va à  l'encontre du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) de Coteaux et val de Seine (Marnes la Coquette, Saint Cloud, Boulogne Billancourt, Chaville, Meudon, Sèvres, Issy les Moulineaux, Vanves, Ville d'Avray, Garches, Vaucresson). Le PADD du SCOTT appelle un apaisement des axes routiers structurants, dont la RD7. Le SCOT souhaite que certains axes, dont la RD7 retrouvent un statut local. Le choix d'aménagement mis en avant par le Conseil Général contredit les orientations du SCOT. Pourtant, ce sont les mêmes maires/conseillers généraux que l'on retrouve  à  la fois au Conseil Général et dans les Municipalités ou conseils d'agglomérations. La droite des Hauts de Seine n'hésite pas à  se contredire.
 
Les arguments du Conseil Général en faveur de la solution 1 sont inexistants : on peut lire que l'emprise des carrefours giratoires serait trop importante. Mais que dire des quatre voies ? Contradiction supplémentaire ! Il faudrait aussi prévoir l'accroissement des flux routiers€¦ mais on voit bien que l'aménagement retenu n'est pas le meilleur pour fluidifier la circulation, et que de toutes façons il va à  l'encontre des orientations prévues par le SCOT€¦ Il faut noter que la circulation diminue ces dernières années dans ce secteur€¦

Alors comment peut on expliquer ce choix ? Est ce que le Département, et plus particulièrement son Président,  ne serait pas dans une situation de blocage personnel, en ne voulant rien céder aux associations qui ont conçu et défendu la solution trois, largement soutenue par le public ? Ne serait ce qu'une question d'orgueil qui conduirait le conseil Général à  proposer un aménagement allant à  l'encontre du bon sens et du souhait de tous?

La droite a perdu ses repères, et les Alto Séquanais vont en faire les frais.

Les élus Socialistes de Sèvres, Catherine Cyrot, Jacques Blandin, Frédéric Durdux