Quel avenir pour l'ancienne gare du Pont de Sèvres ?

Pour participer à la concertation sur l'avenir de la gare du Pont de Sèvres sur le site du PS, cliquez ici

Pour décharger le formulaire de concertation sur l'avenir de la gare du Pont de Sèvres et le renvoyer par la poste, cliquez ici

Adhésion de Velizy à l'intercommunalité de Grand Paris Seine Ouest

Pourquoi avons-nous choisi de soutenir l’élargissement de Vélizy Villacoublay dans la communauté d’agglomération GPSO  au Conseil municipal du 21 juin 2012
Pour lire l'étude sur les choix d'intercommunalité commandée par la Mairie de Velizy, cliquez ici

Les arguments POUR

C’est à la demande unanime de son conseil municipal que Vélizy a demandé son adhésion à GPSO, plutôt qu’à l’intercommunalité constituée autour de Versailles. Il semble logique de respecter le choix de ce conseil municipal. Il ne s’agit en aucun cas d’une décision imposée.

GPSO est structurée autour de deux axes. Le premier, fluvial, est la Seine. Le second axe est la continuité D910/N118, depuis la Porte de Saint Cloud à Meudon la forêt. Vélizy, liée à Chaville d’une part et Meudon d’autre part est un élément clé sur ce second axe, apportant à GPSO un dynamisme que Boulogne Billancourt a (provisoirement ?) perdu et qui devra logiquement diminuer à Issy les Moulineaux lorsque sera saturée la capacité d’accueil d’activités nouvelles.

Notons enfin que GPSO représente l’essentiel de la zone de chalandise du centre commercial de Vélizy. Il n’est donc pas indifférent que Vélizy soit partie prenante à la réflexion d’ensemble de l’équilibre de GPSO.


Les arguments CONTRE

Vélizy n’entre pas dans le SCOT (schéma de cohérence territoriale) du Val de Seine qui s’arrête à la limite de la forêt de Meudon, mais intègre Saint Cloud. Cela ne nous semble pas rédhibitoire, la frontière départementale n’étant pas nécessairement pertinente pour fixer les limites du SCOT, dont on connait par ailleurs le manque d’ambition

Notre plus forte réticence porte sur la taille et la gouvernance de GPSO. L’expérience montre que GPSO n’est pas un lieu de démocratie. Si la gestion technocratique de GPSO devait perdurer telle qu’elle existe, il est clair que l’adhésion de Vélizy n’apporterait pas grand-chose et donnerait encore plus de pouvoirs à des maires, tous de droite, peu soucieux des priorités que nous, élus de gauche, posons en terme de logement, d’emplois, d’équilibre territorial, de transport et de développement durable.


En conclusion
, nous pensons que la réforme territoriale que mettra en place l’actuelle majorité et la refondation du projet du « Grand Paris » permettront à terme de valoriser les atouts d’une intégration de Vélizy dans GPSO.

 

Pour lire le texte de la délibération

Lire aussi l'intervention des Verts

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to LinkedIn