Parti socialiste

Les défis d’Olivier Faure, nouveau Premier secrétaire du Parti socialiste

Olivier Faure, 49 ans, est le nouveau premier secrétaire du Parti socialiste. Elu à l’Assemblée nationale en 2012, il fait partie des rares socialistes réélus en 2017. Dans les mois à venir, deux grands défis l’attendent. Il lui faut tout d’abord repositionner le PS à gauche sur l’échiquier politique, entre le libéralisme chaque jour moins social du président de la République et l’opposition de gauche radicale portée par Jean-Luc Mélenchon. Olivier Faure ambitionne d’incarner avec tous les socialistes une opposition de gauche responsable, capable le moment venu de gouverner.

Lire la suite...

Quel espace politique pour le PS

Après son échec électoral de 2017, la question du (re-)positionnement du Parti socialiste s’est imposée avec urgence. De nombreux commentateurs  se  sont demandés  si  le PS réussirait à retrouver un espace dans un contexte politique radicalement transformé.

Malgré l’apparente diversité des orientations politiques dans le paysage actuel, un grand nombre de ces orientations semble être caractérisé par un dénominateur commun : une pensée politique populiste visant à affaiblir l’idée de la représentation politique.

Lire la suite...

Un congrès refondateur

Les 7 et 8 avril prochains se tiendra à Aubervilliers le 78ème congrès du Parti socialiste.
Un congrès est un temps de débat, de discussion sur les orientations du parti pour les années à venir.
Le parti socialiste, déchiré et à terre après les élections présidentielles et législatives du printemps dernier, doit retrouver son unité et construire son avenir.
Il n’y a pas qu’en France que le parti socialiste va mal. Dans tous les pays européens la social-démocratie est en crise et partout progressent les forces du conservatisme et de l’extrême-droite. Il n’est qu’à voir ce qui se passe aujourd’hui en Autriche, en Hongrie, en Pologne ou en Slovaquie, et peut-être bientôt, on peut le craindre, en Italie.

Lire la suite...

Luc Carvounas : un projet partagé pour faire gagner la gauche

Luc Carvounas, élu de terrain, député du Val de Marne, a voté contre la confiance au gouvernement Philippe. Il met en avant trois urgences : éducative, démocratique et écologique.  Les  idées qui m’ont marqué : lutter contre les inégalités et leur reproduction, placer le logement au cœur du combat pour l’égalité réelle,  aller vers une révolution fiscale, réfléchir sur l’avenir du travail et de la santé,  remettre en cause la pensée libérale, mettre en avant la défense d’un idéal social et politique européen face à la mondialisation sauvage, ouvrir l’Europe au Sud.

Lire la suite...

Stéphane le Foll : cher.e.s camarades

Pourquoi Stéphane le Foll m’a convaincue ?
Dans ses propositions sur les cinq grands défis pour demain, on peut lire un vrai programme pour les années à venir :
I - Un forum pendant les deux ans qui viennent, pour construire les bases d’un modèle de développement durable et d’efficacité énergétique…
II - Une convention sur l’Europe, début octobre 2018, pour construire notre projet européen de l’après Brexit, avec un vote des militants pour engager la campagne des européennes.
III - Une convention, après les européennes, sur les nouvelles redistributions et les évolutions des formes de travail et de protection sociale.

Lire la suite...

Emmanuel Maurel : l'union et l'espoir

Je suis d’accord avec le texte d’orientation d’Emmanuel Maurel «L’Union et l’Espoir» et je le signe, parce qu’il réaffirme la nécessité d’une voie socialiste distincte du social-libéralisme.
Les socialistes devront :
- réussir le mariage du socialisme et de l’écologie
- inventer un chemin qui s’écarte résolument du libéralisme, dont le modèle de développement est condamné car il détruit solidarités et écosystèmes
- prôner la justice sociale, la coopération, l’intérêt général
- œuvrer à une politique européenne alternative.
Martine
htpps://unionetespoir.fr

Le Parti socialiste donne la parole aux militants pour reconstruire son identité, sa stratégie, son projet européen

Une direction collégiale et paritaire représentant l’équilibre des sensibilités politiques a été mise en place dès juillet. Nadège Azzaz, militante de Chatillon, venue souvent débattre à Sèvres, y participe.
Cette direction collégiale a lancé une plate-forme de consultation qui, dès cet été, a réuni près d’un millier de contributions, dont celles de militants socialistes sévriens. Une réflexion parfois critique sur l’identité et les valeurs socialistes ainsi que sur la démocratie et la transparence des instances nationales du Parti étaient au cœur de nos débats à la rentrée de septembre. La feuille de route élaborée par cette direction collégiale à partir de l’analyse de ces contributions a été proposée au vote des militants en octobre.

Lire la suite...

Xavier Iacovelli élu sénateur socialiste dans les Hauts-de-Seine

En septembre, les 2347 grands électeurs des Hauts-de-Seine, dont 95% d’élus municipaux, ont voté pour renouveler la moitié des postes au Sénat. Dans les Hauts-de-Seine, ils ont élu deux sénateurs de gauche, socialiste et communiste, sur les 7 sièges à pourvoir dans un département pourtant ancré à droite.

Lire la suite...

Le Parti socialiste, première force d’opposition de gauche

Avec 70 sièges au Sénat, dont 31 élus lors du vote du dimanche 24 septembre, le Parti socialiste est le premier groupe d’opposition de gauche à la Haute Assemblée. Parmi les nouveaux élus figure Xavier Iacovelli, Premier secrétaire de la fédération socialiste des Hauts-de-Seine. Il sera en première ligne avec les autres sénateurs socialistes pour engager la bataille afin de préserver la capacité des collectivités locales à fournir des services publics de proximité, capacité mise à mal par la baisse annoncée de leur ressources fiscales et la réduction du nombre de contrats aidés.

Lire la suite...

Une nouvelle donne politique

Autant que le triomphe du «dégagisme», l’abstention record enregistrée lors des législatives traduit la profonde défiance des électeurs vis-à-vis des partis traditionnels et, de façon plus alarmante, vis-à-vis des institutions et de la démocratie représentative.

Première victime, le Parti socialiste ne compte plus que 29 députés dans la nouvelle assemblée contre 280 en 2012. De multiples causes sont à l’origine de cette déroute qui n’a pas épargné les autres partis de gouvernement, de gauche mais aussi de droite.

Lire la suite...

Hommage des sévriens à François Hollande

Ce dimanche matin rue de Solferino, les socialistes sévriens sont venus pour ce dernier hommage à François Hollande. Chamboulés comme si la campagne présidentielle de 2012, portée par l’enthousiasme des militants pour leur candidat à la présidence de la France, résonnait encore dans les têtes.

Une page se tourne. Gardons-nous des excès dans la critique ou des louanges dogmatiques et sachons apprécier ce quinquennat à sa juste mesure : de belles avancées sociales et sociétales... Certes tout est perfectible et Il faut pouvoir le dire pour avancer au nom des valeurs de justice sociale et de solidarité que nous portons ensemble, avec le souci  "d'aller à l'idéal et de comprendre le réel, …

" Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent et une confiance inébranlable pour l'avenir (Jean Jaurès) "

Lire la suite...