SEMI Sèvres - programme de réhabilitation et réparation du parc immobilier

SEMIAu Conseil municipal du 8 décembre 2011, le maire demande de ramener la subvention municipale pour les travaux 2011 de 506Keuros à 378Keuros au motif du décalage du chantier de rénovation de la résidence Garenne afin d’y incorporer un diagnostic énergétique.

Cela fait maintenant plus de trois ans que nous réclamons en conseil municipal qu’un plan de rénovation énergétique sérieux soit mis en place pour la SEMI.  Nous le demandons non seulement parce que les objectifs du Grenelle de l’environnement nous y contraignent, mais aussi pour préserver les ressources économiques des locataires de la SEMI. Chacun a pu constater les hausses répétées du coût de l’énergie de ces dernières années. Et ce coût va continuer à s’accroître tout simplement parce qu’au niveau mondial un déséquilibre structurel entre offre et demande en énergie s’installe et va aller en s’accroissant. Il y a donc une certaine urgence à modérer nos besoins et investir pour moins consommer. Il serait en effet insoutenable que d’ici quelques années, sous l’effet d’une hausse continue et soutenue des prix de l’énergie, des ménages modestes aient à se priver de chauffage ou d’eau chaude.


Il est dommage que l’on ait attendu trois ans pour se décider à avancer et commencer un diagnostic sur cette résidence. Il est dommage aussi que cette opération donne lieu au décalage d’une rénovation en cours. Nous regrettons aussi que les subventions concernées soient décalées et n’aient pu être redéployés sur des travaux à réaliser sur d’autres résidences en 2011.

La préfecture des Hauts de Seine avait demandé que la convention d’utilité sociale de la SEMI soit amendée pour que 60% des logements soit 164, des classes E, F et G soient traités avant fin 2016, et que tous les autres logements de ces classes soient traités avant fin 2020. Le retard pris par la SEMI pour démarrer cette rénovation va rendre la tenue de ces échéances difficile et c’est regrettable.

Ce programme global de rénovation énergétique pour la SEMI aura un coût, mais il est indispensable et incontournable. La SEMI seule dans sa structure financière actuelle ne pourra le financer. Je rappelle que la SEMI consomme en moyenne 300KEur de trésorerie par an, de façon structurelle, et ne pourra dégager aucune capacité de financement pour assumer la rénovation énergétique. Elle devra recevoir un concours extérieur, par exemple sous la forme de subventions ou d’une recapitalisation.

Enfin, on ne peut pas se contenter de ne travailler que sur une seule résidence alors que plus de la moitié du parc est concernée. La rénovation énergétique commence par des diagnostics, précis, des études, techniques, et des devis, chiffrés, pour évaluer les montants des travaux à réaliser. Ce que nous demandons, c’est qu’une démarche structurée de rénovation énergétique soit enfin mise en place pour tout le parc de la SEMI, qu’une évaluation globale du montant des travaux à réaliser sur le parc concerné par le Grenelle soit réalisée au plus tard d’ici mi 2012, afin que nous puissions avoir une idée de l’enveloppe du budget que nous devrons y consacrer et déterminer comment ceux-ci pourront être planifiés, financés et réalisés en temps voulu.

La démarche de la SEMI sur le sujet est brouillonne et manque de consistance. Pour ces raisons et celles exposées nous voterons contre cette résolution.


Explication : après avoir attendu près de trois ans pour mettre la main à la rénovation énergétique, la SEMI le fait en interrompant une opération de travaux programmée. S’il eût été  absurde de faire des travaux à démolir quelque temps après,  le temps pris pour commencer à étudier la rénovation énergétique va faire prendre du retard à la rénovation de la résidence de la Garenne, et ce au détriment des résidents. La SEMI doit changer de braquet en la matière et plannifier la rénovation énergétique sur tout le parc; La ville doit ensuite mettre en place en plan de financement associé car la SEMI ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour financer cette rénovation énergétique.

Pour lire le texte de la délibération, cliquez ici

Pour lire l'intervention des Verts, cliquez ici