Une politique sociale pour les Sévriens

 La diversité des habitants de Sèvres est une des richesses de notre ville. C’est la solidarité entre tous qui permet de bien vivre ensemble dans une ville où chacun a sa place sans exclusion : jeunes et personnes âgées, Sévriens aux niveaux de vie différents. Ce sera le rôle de vos élus de garantir cette cohésion du tissu social grâce à une politique sociale active, juste et efficace. Nous savons pouvoir compter sur l’intelligence et le cœur des Sévriens pour gagner ensemble ce défi de la solidarité.

 

Face à la complexité des démarches à entre- prendre, à la diversité des organismes sociaux concernés, faire valoir ses droits relève bien sou- vent du parcours du combattant. Nous voulons faciliter l’accès aux droits sociaux, quels que soient les obstacles rencontrés : âge, ruptures de la vie familiale, difficultés financières, problèmes d’emploi. Accompagner les Sévriens dans leurs démarches par le biais d’un guichet unique en s’appuyant sur les compétences du CCAS sera une de nos priorités dans le domaine social. Un quotient familial revu selon des barèmes actualisés permettra une plus juste répartition des coûts des services proposés par la ville aux Sévriens.

 

L’accès aux soins est aussi une des difficultés que rencontrent les Sévriens : médecins généralistes débordés de demandes, complexité des parcours de santé. Nous travaillerons pour main- tenir à Sèvres un service de soins de proximité accessible à tous : aux personnes âgées, comme aux familles ou aux jeunes.

 

Le réseau associatif sévrien joue un rôle important pour cette solidarité au quotidien. Ce sera le rôle des élus de gauche d’accompagner par le biais de financements, de soutien logistique, leurs projets de solidarité sur la base de conventions d’objectifs

 ---------------------------------------------------------------

 

En 2012, 733 ménages à bas revenus (source CAF) regroupant 1504 personnes vivent à Sèvres. Sur ces 733 ménages, 377 sont des ménages d’une seule per- sonne et 201 des familles monoparentales, représentant au total presque 4 ménages à bas revenus sur 5. Sur les 456 ménages à bas revenus bénéficiaires d’une allocation logement, 235, soit un peu plus de la moitié, résident dans le parc social.

Ces chiffres sont extraits de l’Observatoire citoyen du mal-logement du 92 : www.campagnelogement92.org