Affaires scolaires - Approbation de la suspension de la Caisse des Ecoles en vue de sa dissolution au Conseil municipal du 30 juin 2015

caisse des ecolesLa Caisse des Ecoles qui est une institution ancienne, a commencé à se vider de son sens en 2001 avec la reprise par la Ville en gestion directe des cantines et des garderies du soir. Avec la mise en place des activités périscolaires d’autres actions sont sorties de son champ comme les ateliers sportifs, la musique.  Elle est devenue une  peau de chagrin.

 

 

On peut toutefois regretter la suppression de cette institution qui était un lieu où la société civile pouvait se rencontrer, un outil de participation autour des écoles et des écoliers. Vous nous dites qu’un certain nombre de points seront repris par le comité de pilotage qui n’a pas le même objet puisque là vous avez un lieu de rencontre uniquement de professionnels et des présidents des fédérations de parents d’élèves. Des points réguliers, étaient organisés sans rendez mais selon un calendrier. Un représentant de l’opposition était présent aussi au comité. Certes, cet outil avait perdu de sa force mais de nouvelles missions auraient pu lui être confiées.

 

Enfin, vous pourriez vous nous préciser où iront les éventuels dons que les personnes souhaiteraient donner lors d’une occasion particulière.

 

Pour la majorité , la Caisse des Ecoles n’a plus trop de sens, beaucoup de villes autour de Sèvres les suppriment . Quand aux informations sur les écoles elles seront données lors de la commission des affaires sociales, des affaires scolaires (où au passage la création de l’école Montessori n’avait pas été évoquée, plus une affaire financière qu’une affaire de scolarité peut être). Enfin, quand à la représentation, l’opposition l’a par le vote des budgets. Avec ce type de raisonnement plus la peine de faire de représentativité dans les instances diverses car il y a toujours le vote du budget. Enfin on peut regretter qu’à la proposition de Catherine Candelier de faire un travail de mémoire sur la Caisse des Ecoles et du sens qu’elle avait pour de nombreux sévriens on lui réponde qu’il fallait regarder l’avenir.

 

Pour lire le texte de la délibération, cliquez ici