Budget primitif de l'exercice 2014

 Ce dernier budget de votre mandature, nous l’attendions avec, disons, une certaine curiosité.
S’il était évident, qu’en période électorale vous n’augmenteriez pas les taux, surtout après 13% de hausse hors GPSO pendant votre mandat, comment alliez vous préserver l’épargne brute de notre ville ? Epargne brute qui, rappelons le, s’est effondrée en 2010 pour se redresser depuis par les ponctions d’impôts que vous avez réalisées sur les ménages soit directement (13% de hausse des taux, ce n’est pas  rien), soit indirectement  par GPSO (9% de hausse, reversés à la ville par le biais des DSC).
La réponse à notre question, nous l’avons. Vous n’y parvenez pas. C’est raté. A taux constant et malgré la hausse des bases pour les impôts, l’épargne brute décroche et plonge de 900 000€,  soit 3% du budget de la ville.

 

C’est l’un des quatre chiffres que nous retenons de ce BP
- 900 000 € de baisse de l’épargne brute, mais aussi,
- Diminution de moitié de l’épargne nette
- 2,5% de hausse des dépenses
- Et seulement 2 300 000€ d’opérations principales d’investissement.
Que se passe-t-il ?
Certes tout ne vous est pas imputable. Ainsi, par exemple, la péréquation FPIC créée par le gouvernement Fillon va-t-elle nous coûter 215 000€ de plus en 2014. Ce n’est pas négligeable. Et cela ne nous choque pas, vous le savez. De même, la baisse continue de la DGF n’est pas une surprise.
Mais n’avez-vous pas dit et répété que les dépenses étaient maîtrisées, notamment les dépenses de personnel ?
Ne vous vantez vous pas d’avoir supprimé 9 postes dans l’organigramme ? 9 sur 360, 2,5% de l’effectif. Et pourtant les charges de personnel augmentent de 2,4% en 2014. Et, pour ouvrir une parenthèse, le seul poste budgétaire qui aurait dû disparaître, celui de Directeur de cabinet, est toujours à l’effectif. Allez comprendre…
Au final, les dépenses de fonctionnement augmentent de 2,5%. Il est donc d’évidence que ces dépenses ne sont pas maîtrisées, loin de la.
D’autant qu’on pourrait s’interroger sur le sérieux de l’exercice budgétaire quand on découvre, par exemple, la baisse de la subvention à l’association Dynamic Sèvres, au prétexte que son exercice comptable est désormais clôturé au 31 août !! On ne lui verse que les 8/12° de sa subvention. Imaginez vous donc que Dynamic ne va ouvrir que 8 mois sur 12 ?
Est-ce à dire que l’année prochaine, nous ne lui verserons là encore que les 8/12° ?
Ce n’est pas sérieux et nous savons tous d’avance qu’un BM viendra en octobre compléter la subvention de Dynamic. Vous auriez pu éviter ce subterfuge.
Mais c’est vrai que sans ce petit arrangement avec le calendrier comptable de Dynamic, l’épargne nette de la ville, qui diminue de moitié, aurait encore été plus faible.
Notons enfin, sur le volet de l’investissement, que la dette de la ville va augmenter en 2014, puisque nous emprunterons 270 000€ de plus que nous ne rembourserons de capital de la dette.
Et que cela se fera pour un volume anormalement faible d’investissement, dont zéro pour les économies d’énergie sur les bâtiments municipaux, alors que tant d’économies sont à réaliser sur ce poste.
Les grands équilibres du budget de Sèvres sont menacés.
Le budget que vous aller voter ce soir laisse entière à vos successeurs la charge de trouver les bonnes solutions de gestion pour redresser les comptes de la ville sans toucher au taux des impôts que vous avez déjà trop fortement augmentés. Vous n’aurez rien fait pour lui faciliter la tâche.

Une question : La ville prévoit d’emprunter plus de 2MEur pour équilibrer son budget, pouvez-vous nous préciser quelles en sont les conditions ? Intérêts, durées, organismes préteurs sollicités ?

Réponse de l’Adjoint aux finances : il ne sait pas… Pas de stratégie pour effectuer ces emprunts. Le prochain changement de Conseil Municipal en serait il la cause ?

 

 

Pour lire le texte de la délibération, cliquez ici

Pour lire l'intervention des verts, cliquez ici