Projet d'aménagement et de développement durable de Sèvres

quartiersSèvres révise son PLU (Plan Local d’Urbanisme). Le Maire, perturbé par la loi ALUR (loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové), la loi sur le Grand Paris et les objectifs de construction fixés par l’Etat aux communes de l’agglomération parisienne, se place dans une dangereuse posture défensive.

L’inconséquence des politiques locales menées par la droite dans les Hauts de Seine depuis près de 40 ans, sur-construction de bureaux dont beaucoup sont inoccupés, refus de mener des politiques de mixité sociale (Boulogne, Neuilly...), a conduit l’Etat à réagir. Les mairies devraient se voir retirer certaines de leurs prérogatives qui seraient confiées à la Métropole. La loi ALUR a, par ailleurs, réduit les contraintes pour construire et l’Etat, par l’intermédiaire des préfets, fixe des objectifs de construction pour les villes. La mise en révision du PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) est menée en dépit du bon sens. L’étude, confiée à un cabinet qui réalise un travail d’une qualité médiocre, ignore la réalité de notre territoire : il se cantonne à la ville de Sèvres, sans prendre en compte les aménagements des villes voisines, comme celui de l’Île Seguin et la passerelle prévue entre Sèvres et l’Île Seguin. Il projette les zones constructibles loin des gares et les positionne sur des secteurs peu propices à l’habitation comme le long de la N118, dont il ne prévoit rien pour réduire les nuisances. Lors de la première présentation publique du PADD, une cinquantaine de Sévriens des coteaux habillés de vert ont interpellé le Maire pour défendre la qualité de leur habitat. Sa réponse est tortueuse et inconséquente : il veut jouer au chat et à la souris avec le Préfet en trouvant des arbres et des maisons soi-disant remarquables pour empêcher les constructions. Cette attitude peu responsable sera complètement inefficace. Pour préserver l’environnement de la commune, il faut au contraire mener une politique claire et franche de densification de l’habitat, qui réponde aux objectifs de l’Etat, mais soit localisée sur des secteurs restreints, autour des gares et du centre-ville.

Frédéric Durdux