Approbation de l'agenda 21

La mise en place d’un agenda 21 est un moment marquant, important dans la vie d’une collectivité locale, il formalise une prise de conscience, le souhait de rendre le développement durable réellement partie intégrante des politiques de la ville. C’est donc un évènement qu’il faut saluer comme il se doit, ainsi que tout le travail associé à son élaboration. Surtout quand on l’a attendu longtemps ! Il est présenté au Conseil municipal du 12 avril 2012.

Les premiers « agendas 21 » pour les collectivités locales en France datent de la période 1997/1998… On a pris son temps à Sèvres pour en mettre un en place…. Bien sûr il y a eu la mise en place de GPSO qui a un peu retardé le processus, mais tout de même…..

Mais le débat n’est à notre sens pas ici. Il n’est pas non plus sur le contenu, même si nous aurions souhaité dans certains domaines plus d’ambition. Ce qui nous semble important maintenant c’est la mise en œuvre de cet agenda. Maintenant que la feuille de route est établie, l’important c’est la concrétisation et c’est de s’en donner les moyens, qu’ils soient techniques, économiques ou humains pour la faire avancer. Et nous avons le sentiment, au vu des budgets alloués par la ville et déclarés dans l’agenda21 qui nous est présenté, que l’ambition s’arrête à la rédaction.

Les financements déclarés pour la ville sur trois ans s’élèvent à 500KEur…. C’est notoirement insuffisant. On nous a bien expliqué en commission d’urbanisme qu’à cela s’ajouterait des subventions et financement de parties tierces, ce que nous entendons bien… Mais au delà des financements externes, il ne faut pas que la ville échappe à ses propres responsabilités… Il faut que Sèvres apporte aussi, sur ses propres deniers, une contribution significative à l’agenda 21 ! Nous ne serions pas choqués que l’on alloue, chaque année, 3, 4 ou même 5% du budget de la ville au développement durable et à l’agenda 21! Mais quoi qui en soit bien plus que les 0,5% indiqués….

Explication : maintenant que l’agenda 21 est défini, il faut le dérouler et y allouer des crédits adéquats. Compte tenu des enjeux, comme par exemple dans la rénovation énergétique, les budgets prévus par la ville ne permettront pas de répondre aux ambitions de cet agenda. La ville doit réviser son engagement financier afin de respecter les engagements de l’agenda. Nous avons voté pour l’agenda, en indiquant que la contribution financière de la ville devrait être revue à la hausse.

Lire aussi l'intervention des Verts

Pour lire le texte de la délibération

Pour lire l'agenda 21