Monsieur le Président de la République, tenez bon !

L’impopularité du Président de la République et de son Premier ministre serait la preuve accablante de l’échec de leur politique. Cette vision de court terme dictée par les sondages fait oublier que, depuis le début de son mandat, le Président François Hollande assume avec courage et détermination une lutte sans concession contre le terrorisme islamiste en Afrique et au Moyen Orient, comme en témoigne l’engagement récent de la France aux côtés des Etats-Unis en Irak, que nous évoquons dans ce numéro.

 La difficulté à faire reculer le chômage fait aussi oublier que depuis le dé- but de son mandat le Président de la République agit sans relâche et avec opiniâtreté pour faire sortir le pays de la situation économique désastreuse dans laquelle l’a laissé son prédécesseur. François Hollande a fait de la compétitivité de l’économie française la clé du redressement, peut-on le lui reprocher ?

Certes, la politique économique est affaire de dosage et il ne faut pas laisser l’austérité tuer le malade. Les dirigeants français s’efforcent d’en convaincre leurs homologues allemands depuis deux ans. Mais, fonda- mentalement, si la France ne parvient pas à redresser sa compétitivité, notre pays continuera de s’affaiblir, le chômage d’augmenter et notre protection sociale de se dégrader.

 

Est-ce cela que nous voulons ?