Immigration : des contre-vérités

Lisez nos réponses aux contre-vérités à propos d'immigration :

- Ils vont nous envahir
- Ils prennent notre travail
- La plupart des délinquants sont noirs ou arabes
- Les nouveaux immigrés ne peuvent pas s’intégrer : ils sont musulmans
- Ils nous coûtent cher

 

Première contre-vérité : « Ils vont nous envahir ». La proportion d’immigrés selon la définition des Nations-Unies (personnes nées à l’étranger y compris nationaux) est de 11 % en France, 13 % en Allemagne, 14 % en Espagne, 23 % en Suisse et 7 % en Italie. Selon la définition de l’INSEE, il y a en France 5,25 millions d’étrangers nés à l’étranger soit 8% ; moins de la moitié deviennent français. La France n’est plus un pays d’immigration massive depuis 1975, elle accueille 3 % des migrants du monde.
Deuxième contre-vérité : « Ils prennent notre travail ». 500 000 offres d’emplois ne trouvent pas preneurs, et seulement  22 000 travailleurs arrivent par an en France. Ils occupent avant tout les emplois dont les Français ne veulent pas.
Troisième contre-vérité : « La plupart des délinquants sont noirs ou arabes ». Les étrangers sont plus exposés aux contrôles et à la surveillance policière. De plus, la pauvreté et la relégation dans des quartiers défavorisés sont facteurs de délinquance.
Quatrième contre-vérité : « Les nouveaux immigrés (du Maghreb et d’Afrique noire) ne peuvent pas s’intégrer : ils sont musulmans ». Origine et religion, ce n’est pas la même chose : tous les immigrés ne sont pas croyants. La proportion de pratiquants chez les musulmans n’est pas supérieure à celle des chrétiens ou des juifs ; surtout, il faut distinguer islam et islamisme : la très grande majorité des musulmans ne sont pas intégristes.
Cinquième contre-vérité : « Ils nous coûtent cher ». En fait, ils reçoivent de l’Etat 48 milliards d’euros (retraites, aides sociales, prestations de santé…), mais reversent plus de 60 milliards (impôts, TVA, cotisations sociales…). Les immigrés nous rapportent de l’argent.

Pour retrouver l'argumentaire en diaporama, cliquez ici