Refus de subventions du Conseil général

Ce sont trois ASTI, dont celle de Sèvres, qui se voient refuser la subvention pourtant minime qu'elles recevaient du Conseil général des hauts de Seine, au motif que « les actions de l'association sont éloignées des priorités de la direction de l'insertion et du développement social ».

Ce type de phrase lapidaire signifie simplement que ces subventions dépendent du bon vouloir du Conseil général. En 2006, c'était la demande de subvention du relais sévrien qui avait été refusée par le Conseil général au motif qu'il finançait déjà  la banque alimentaire. En conclusion, pour se faire aider par le Conseil général il vaut mieux trouver un créneau d'action sociale qui ne s'occupe ni des pauvres, ni des étrangers, €¦et avoir un maire conseiller général ne se révèle pas un bon plan pour en obtenir des financements.