Ou va Sèvres ?

Difficile de déceler une orientation claire dans les intentions du Maire concernant notre ville… A l’heure de la mise en œuvre de la Métropole, il est plus que jamais nécessaire de placer notre ville sur une trajectoire claire afin que les Sévriens puissent bénéficier des dynamiques de territoires qui se mettent en place.

La métropole du Grand Paris, instituée depuis le 1er janvier dernier, rassemble les villes de la petite couronne. Issue de la volonté du gouvernement de François Hollande, cette métropole va permettre d’harmoniser les politiques essentielles à l’échelle de ce vaste territoire regroupant 7 millions d’habitants. Les débats qui en ont précédé la mise en place ont été longs et compliqués, mais une prise de conscience s’est dégagée sur la nécessité de gérer notre agglomération  à une  plus  grande  échelle. Les années à venir vont déterminer, d’une part le contenu du projet Métropole et d’autre part les évolutions de gouvernance à préciser.

 

Il est regrettable que notre maire (membre de droit de la Métropole) ait déclaré en Conseil n’y aller qu’à contre-cœur. D’autres maires des environs (de Ville d’Avray, d’Issy-les-Moulineaux ou encore de Rueil-Malmaison) n’ont pas hésité à prendre des responsabilités opérationnelles dans ce nouvel ensemble, où les intérêts des Sévriens seront sans doute peu pris en compte.

Au Sénat, la gauche veut aller plus loin et a présenté un texte de loi pour fusionner les départements de la petite couronne dans la Métropole. C’est évidemment le sens de l’histoire : apporter plus d’efficacité par la réduction du mille-feuilles territorial. Au conseil municipal de Sèvres, les élus socialistes se sont étonnés du projet de fusion entre les départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines, qui va à contre-sens du projet de Métropole. Le Maire, visiblement gêné par la question, a minimisé ce projet en le réduisant à quelques coopérations ponctuelles.

 

L’avenir est à la coopération au sein de la Métropole. Sortir de cet axe ferait prendre un risque d’isolement à notre ville. Les coopérations renforcées et les fusions entre villes au sein de la petite couronne sont aussi à l’ordre du jour : déjà Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux projettent de fusionner pour bénéficier d’économies d’échelle et d’une dotation globale de fonctionnement de l’Etat plus généreuse. Notre ville, si elle veut rénover son centre-ville ou développer les activités du SEL, devra inscrire ses projets dans des aménagements urbains de grande échelle. Le budget de Sèvres ne permet que des investissements limités. Il faut donc reconnaitre le fait métropolitain et y ancrer fermement notre ville. Sans quoi elle se retrouvera marginalisée dans une Métropole dynamique.