Rapport social au Conseil municipal du 29 septembre 2016 : intervention d'Anne Marie de Longevialle Moulai

Le rôle du CCAS dans une commune est primordial, c’est une structure de proximité ce qui fait sa force et son efficacité. Nous saluons le travail fait par ses collaborateurs qui interviennent sur des sujets très variés et avec une législation ou réglementation qui évoluent constamment.

Le CCAS n’est pas réservé comme pourrait le croire certains qui ont une vision étroite de son rôle aux personnes en très grande difficulté et aux plus démunis. Ce n’est pas qu’un distributeur d’aides financières, ils ne font pas de l’assistanat comme certains politiques qualifient ce type d’action. Il est important de le souligner à une époque où montent les populismes.

En effet le CCAS procure aussi une aide pratique pour monter un dossier de handicap, d’aides à nos seniors ou aux jeunes. La liste est longue comme le montre ce rapport touffu. Chacun des sévriens peut à tout moment de sa vie avoir besoin du CCAS ou en profite sans le savoir. Il est important que chacun en prenne conscience

 

L’aide sociale et facultative du CCA est aussi heureusement complétée par l’action des associations et de tous leurs bénévoles qui accomplissent des missions devenus indispensables comme l’aide à la famille ou aux malades. Ces associations ont besoin d’être soutenus financièrement et pratiquement.

Je voulais aussi noter et regretter la diminution des circuits du Petit Bus pour lequel le rapport souligne qu’il correspond à une véritable demande, diminution pour des raisons budgétaires.

En fait cela ne serait pas fait comme il est pourtant mentionné dans le rapport, cela ne serait qu’une proposition du prestataire précise le directeur des services.

 

Lire aussi l'intervention de Frédéric Durdux

 

Pour lire le texte de la délibération

 

Pour lire le rapport social

Pour lire l'intervention de Catherine Candelier, cliquez ici