Au Conseil municipal du 19 décembre 2019

Nous commençons le conseil par une minute de silence pour les 13 militaires morts au Mali. Nous aurions pu avoir une minute de silence pour les sauveteurs morts lors des dernières intempéries mais ne faisons pas une polémique sur ce type de sujet.

Conseil municipal lourd après la suppression de celui d’octobre mais surtout lourd par l’ambiance avec la manifestation des sans papiers à l’extérieur. Sans papiers que j’ai rencontrés à deux reprises avec mes collègues de l’opposition. Ces hommes travaillent dans les écoles, établissements sportifs de la ville par l’intermédiaire de la CPN, société qui a un contrat d’un million annuel auprès de la ville.  Nous ne pouvons pas jouer les Ponce Pilate face à cette situation. Ils font beaucoup de bruits mais nous ne craignons pas pour notre « sécurité » les forces de l’ordre sont là nombreuses avec plusieurs camionnettes. Difficile dans ce contexte d’entendre les interventions de chacun.e. Le maire avait choisi de mettre en milieu de séance le vote d’un lieu. Après la délibération sur le débat d’orientation budgétaire, le maire sur proposition de Catherine Candelier décide une suspension de séance. Une délégation accompagne le maire pour rencontrer les manifestants. Le vœu est le résultat de rencontres avec les groupes politiques.

Notre collègue Belkacem Bellarbi pose une question sur le renouvellement du contrat. Le maire répond qu’il était trop tard pour faire un nouvel appel d’offres juridiquement impeccable mais que le contrat a été renouvelé avec un protocole précis et des contrôles inopinés sur l’exécution des tâches.

 

Deux délibérations ont été rajoutées en urgence en début de conseil, une pour réglementer la mise à disposition des salles municipales durant la campagne électorale, votée à l’unanimité et la seconde pour accorder l’exercice du droit de préemption au maire. L’urgence de cette délibération se justifie par la mise en vente de l’ancien Carrefour Bio. Nous supposons que la ville souhaite le préempter, pour le projet du centre-ville. Je m’abstiens, cette compétence a fait la navette entre la ville et GPSO qui a la compétence de l’urbanisme.

 

Pour lire le voeu adopté par le Conseil municipal à propos des Sans papier

Pour lire l"intervention de Catherine Candelier , cliquez ici

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to LinkedIn

Rechercher dans le site